Aller au contenu principal

Des prix qui ne rémunèrent pas les coûts de production

Si les volumes sont là, contrairement à la récolte 2016, les prix ne suivent pas, pénalisant le revenu des agriculteurs.

Selon l'AGPB, le revenu moyen d'un céréalier en 2017 serait de 2000 euros seulement.
© JC Gutner

« La vraie problématique, c’est la baisse des prix », a expliqué Philippe Pinta, président de l’AGPB (producteurs de blé), le 29 août en conférence de presse à Paris. Pour le syndicat, la récolte 2017 ne va pas permettre d’oublier 2016. L’AGPB prévoit un prix moyen payé aux agriculteurs aux alentours de 130 euros la tonne, soit 20 % de moins que les 162 euros/tonne de la moyenne sur dix ans. Or le syndicat estime entre 190 et 200 euros le prix de revient d’une tonne de blé (rémunération de l’agriculteur incluse) produite en 2017. À l’APCA, Thierry Pouch estime qu’« avec des rendements moyens de 70 q/ha, il manque 30 à 35 euros la tonne pour couvrir les coûts de production ». D'un côté comme de l'autre, le compte n'y est pas. Pour l'AGPB, après un déficit moyen de 20 000 euros en 2016, un céréalier n'engrangerait donc en 2017 qu'un revenu de l'ordre de 2000 euros…

« Il n’y a plus de PAC pour les céréales »

Pour Philippe Chalmin, professeur à Paris Dauphine, il faut se rendre à l’évidence : « un céréalier ne s’en sort pas. Et il ne peut pas couvrir ses prix sur le marché à terme ». Les cours sont trop bas.  «Aujourd’hui, il n’y a plus de PAC pour les céréales, analyse l'économiste. La seule chose possible, c’est de faire le gros dos en attendant que les marchés soient davantage porteurs. Le prix du blé est mondial. » Le spécialiste souhaiterait que les exploitants puissent faire des provisions défiscalisées pour « fluctuations de cours »... Un serpent de mer qui jusqu'ici n'a pas trouvé de vraie solution. Chez Momagri, think tank présidé par Pierre Pagesse, également président de Limagrain, l’économiste Frédéric Courleux prêche lui pour un système de paiements contracycliques à l’américaine. Pour lui, « en agriculture, les prix réels ne correspondent qu’accidentellement aux prix d’équilibre », soit ceux capables de satisfaire les producteurs les moins compétitifs parmi ceux nécessaires à la constitution de l’offre mondiale. Il faut donc un système de régulation globale pour pallier cette inadéquation.

À l’ANMF (meunerie française), Bernard Valluis met pour sa part en garde sur les moyens de répartir autrement la valeur ajoutée : « nous sommes sur un marché de commodités. On peut créer de la valeur quand on arrive à se distinguer à l’aide d’un cahier des charges et d’un contrat. Le blé CRC (culture raisonnée contrôlée) est le plus connu mais ne représente que de très faibles volumes. Cela ne peut fonctionner que si toute la filière est impliquée et pour des volumes limités. À moins de risquer la banalisation ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures