Aller au contenu principal

Des plantes cultivées originaires des quatre coins du monde

Le constat de la FAO est alarmant : 75 % de la diversité génétique des espèces cultivées a été perdue dans les variétés au cours du XXe siècle. Ce constat datait de 2008 et force est de constater que l'érosion de biodiversité se poursuit dans diverses régions du monde. Elle touche les plantes sauvages à l'origine des cultures. Or, on doit beaucoup à ces régions pour leurs contributions à l’agriculture et aux plantes cultivées. Parmi les espèces de grandes cultures en France et en Europe, seule la betterave a pour origine notre continent. Le blé provient du Proche Orient ; les orges ont deux origines avec l’Afrique (Éthiopie) et l’Asie (Tibet) ; le pois vient d’Asie centrale ; le maïs d’Amérique centrale (Mexique) ; la pomme de terre des Andes ; le tournesol d’Amérique du Nord ; le soja de Chine… Quant au colza, il s’agit d’un croisement entre le chou et la navette qui s’est produit il y a plusieurs milliers d’années sur le pourtour méditerranéen, semble-t-il.

Douze centres de diversité végétale à travers la planète

Au début du siècle dernier, l’agronome russe Vavilov a établi la première carte mondiale des centres d’origine des plantes cultivées. Cette carte a été affinée et l’on compte douze centres de diversités d’espèces cultivées. Ces régions recèlent des plantes sauvages qui ont abouti aux diverses espèces domestiquées et sélectionnées par l’homme. Ce sont des réservoirs de biodiversité et de gènes qui peuvent être mis à profit pour l’amélioration des variétés. C’est pourquoi il est important de préserver les richesses naturelles de ces régions. Au Mexique par exemple, la culture du maïs OGM est très controversée car s’y trouve la plante d’origine de cette culture planétaire, la téosynthe. Il convient de ne pas « polluer » ces plants sauvages par des gènes issus d’autres espèces. En pomme de terre, la grande diversité des formes cultivées dans les Andes renferme peut-être les futurs gènes de résistance durable au mildiou.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures