Aller au contenu principal

ILS ONT DIT
Des pistes pour des transmissions en douceur

Considérée comme l'ultime projet professionnel d'un agriculteur, la transmission d'une exploitation ne s’improvise pas. La profession a présenté des solutions pour faciliter leur cession.

À ce jour, 40 % des chefs d’exploitation ont plus de 55 ans », a annoncé Raymond Vial, président de la chambre d’agriculture de la Loire, lors d’une table ronde organisée par l’APCA (chambres d'agriculture) le 20 novembre sur le thème de la transmission. De quoi laisser présager de nombreuses installations dans les dix prochaines années. Cependant, « s’installer n’a jamais été aussi difficile qu’actuellement », estime Emmanuel Hyest, président de la FNSafer. « Les exploitations sont maintenant trop grandes et sont dures à reprendre », constate Pierre-Marie Vouillot, vice-président des Jeunes Agriculteurs. Estimation de l’exploitation, prix de reprise, financement, agrandissement, accès au foncier… tous ces freins amènent à repenser le mécanisme de transmission. Et les idées ne manquent pas. Pour Martial Pouzet, conseiller transmission à la chambre d’agriculture de Charentes, « le cédant a besoin de capital pour bien vivre sa retraite mais la reprise de sa ferme est difficile puisque son capital est trop élevé. Il faut qu'il transmette son exploitation progressivement ». Dans une reprise progressive, le repreneur et le cédant s’associeraient quelques années avant la cession. Progressivement, le repreneur récupèrerait des parts sociales de l’entreprise et le cédant pourrait effectuer des ventes à terme. « La prise de risques serait ainsi partagée », précise le conseiller.

Une dotation pour la transmission et l’installation

Autre solution, la création d'une DPTI, dotation pour la transmission et l’installation. Imaginé par les Jeunes Agriculteurs, cet outil permettrait à l’exploitant en activité d’approvisionner un compte défiscalisé pendant cinq ans. Lors de la cession, l’exploitant récupèrerait un tiers de cette somme, le montant restant serait à la disposition du repreneur. Charge à lui ensuite, de rembourser le cédant dans les dix ans. Pour Emmanuel Hyest, de la FNSafer, « il est important d’évaluer l’exploitation à céder avec des références officielles ». Autre suggestion, le statut du fermage. Selon Guy Vasseur, ancien président de l'APCA, « il faudrait peut-être ouvrir le dossier, mais c’est un débat qui doit se faire au niveau syndical ».

Une année difficile aussi pour les ETA

L’année 2016 n’a pas été bonne non plus pour les entrepreneurs de travaux agricoles. « Pour la première fois depuis dix ans, nous avons perdu 1 000 emplois », confiait Gérard Napias, président de la FNEDT, fédération nationale des entrepreneurs du territoire, en conférence de presse le 6 décembre. Le président pointe du doigt la suppression des mesures d’allègement de charges pour les travailleurs occasionnels et demandeurs d’emploi TO/DE. Ce qui augmente de 2 à 3 euros l’heure travaillée.

Autre sujet d'inquiétude, le financement de la trésorerie des ETA. Alors que 40 % des surfaces en céréales sont récoltées par les entrepreneurs de travaux agricoles, la FNEDT craint des retards de paiement. La fédération a demandé des reports de cotisations sociales et des échéances de prêts, ainsi que l'aide au financement des trésoreries garanti par la BPI. « Même si les agriculteurs ont des difficultés financières, ils préfèrent payer l’entreprise qui leur fait leurs travaux », rassure toutefois le président.

Face aux trésoreries tendues, les banques ne finançant plus les achats de matériels, la FNEDT espère que les agriculteurs se tourneront davantage vers eux. « Il ne faut plus regarder le coût d’une prestation de services mais combien elle rapporte », conclut Patrice Gauquelin, délégué communication de la FNEDT.

« Les aides directes n’ont jamais été construites pour faire de la gestion de risque. Elles servent à faire monter le prix des intrants, voire l’aval. Et lorsque l’on a une aide au revenu directe, ça permet de prendre plus de risques. »

Jean Cordier, professeur d’économie à l’Agrocampus Ouest, le 6 décembre au congrès de la CGB

« L’argent public sera de plus en plus rare, le départ des Britanniques, c’est 10 millions d’euros à trouver dans l’Union européenne. Soit les Vingt-sept s’organisent, soit ils baissent les dépenses, et dans ce cas, le budget agricole, le premier budget européen, sera le premier concerné. »

Michel Dantin, député européen, lors du congrès de la CGB (betteraves) le 6 décembre

« Il faut aller voir en Irlande ce qui se passe en ce moment : on n’arrive plus à produire de blé parce que l’on n’arrive pas à gérer collectivement les résistances. »

Denis Tardit, président de Syngenta France, au congrès du négoce agricole (FC2A) le 25 novembre

«Encore faut-il que les primes PAC soient versées et que le plan de soutien financier des agriculteurs ne soit pas inutilement complexifié par l’administration… voire par le ministre de l’Agriculture lui-même quand il encourage publiquement […] à 'aller chercher du crédit chez les fournisseurs !'. Non, monsieur le ministre, les fournisseurs ne sont pas banquiers. »

Frédéric Carré, président de la FC2A, le 25 novembre

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Comprendre les enjeux de la future PAC en 6 questions
Conditionnalité environnementale renforcée, paiements verts revisités… L’Europe fixe de nouveaux objectifs à la PAC, et laissera…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures