Aller au contenu principal

Des phytos interdits sur les SIE à compter de 2018

La mesure a été votée au Parlement européen. Il faudra se passer des phytos sur les surfaces d’intérêt écologique (SIE) pour lesquelles les cultures intermédiaires et les protéagineux sont éligibles.

En sa qualité de culture mellifère et protéagineuse, la féverole fait partie des espèces éligibles aux SIE.
© J. Weber, Inra

Est-ce un mauvais coup porté au développement des cultures protéagineuses ? Le Parlement européen a voté le 13 juin l’interdiction des pesticides sur les SIE, surfaces d’intérêt écologique. Il a retenu la proposition de la Commission européenne de simplifier le dispositif de verdissement de la PAC. Pourtant, la Commission agriculture du Parlement était contre. Mais les députés ne l’ont pas suivie à Strasbourg. La mesure doit entrer en application en 2018.

Elle n’est pas anodine car elle concerne, entre autres, toutes les plantes fixant l’azote (les légumineuses) éligibles au SIE, parmi lesquelles les protéagineux. Une part des pois, féverole, lupin, luzerne et autres légumineuses fourragères sont cultivées au titre de la SIE, qui doit occuper au moins 5 % des surfaces arables de l’exploitation, condition pour bénéficier du paiement vert de la PAC. Les cultures intermédiaires en font partie également.

« Une mise en jachère de 5 % des surfaces arables »

Des groupes politiques tels que celui des Socialistes et Démocrates souligne la cohérence de cette mesure. « Il est fondamental de réserver les SIE pour ce à quoi elles sont destinées : préserver la biodiversité et les pollinisateurs, essentiels à notre agriculture. » Mais d’autres groupes ainsi que des syndicats agricoles comme la FOP s’indignent. « C’est une décision inique car elle remet en cause les orientations qui avaient été prises en 2013 prévoyant que la mise en place du verdissement ne devait pas se traduire par un accroissement des contraintes pour les producteurs, ni par une réduction de la production agricole. » Dans un communiqué commun, AGPB, AGPM et CGB voient « une décision qui entraînera une diminution des cultures intermédiaires et une forte baisse des légumineuses, en contradiction avec trois des objectifs majeurs de la PAC et du verdissement : favoriser la diversité des assolements, participer à l’atténuation du changement climatique et développer une source d’approvisionnement en protéines pour l’élevage dans un contexte européen très déficitaire. La conséquence sera la mise en jachère jusqu’à 5 % des surfaces arables en Europe ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures