Aller au contenu principal
Font Size

Des pertes de 400 à 500 €/ha en betterave

Pour sortir de la crise, la CGB souhaite renforcer la contractualisation dans la filière.

En 2018, le prix moyen de la betterave hors pulpe sera inférieur aux 22,9 €/t de 2017, selon la CGB.
© J.-C. Gutner/Archives

« Nous traversons une crise majeure, a décrit Éric Lainé, président de la CGB (Confédération des planteurs de betteraves) en conférence de presse le 11 décembre. Nous n’avons jamais eu des prix aussi bas. » En prise directe avec le marché mondial depuis la fin des quotas, le secteur subit de plein fouet la surproduction mondiale et les stocks très élevés. À 83 t/ha de sucre à 16 ° (- 6,7 % par rapport à la moyenne quinquennale, - 14,6 % par rapport à 2017), les rendements 2018 ne compensent rien. « Pour la première fois, la betterave va dégrader le revenu de la ferme, et entraîner une moyenne de 400 à 500 €/ha de perte », a signalé le président du syndicat.

Créer des organisations de producteurs

Pour la CGB, la filière doit améliorer sa résilience. « Nous voulons être les champions du monde de la réactivité au marché », a expliqué Éric Lainé. Cela passe par encore plus de contractualisation, mais sur des bases plus solides qu’aujourd’hui. D’après la CGB, les industriels n’ont pas respecté la règle du jeu établie par Bruxelles. Si les contrats signés avant les semis portent bien sur des quantités de betteraves, ils ne précisent pas tous le prix d’achat et aucun ne dit comment répartir les variations des prix de marché entre producteurs et fabricants. Ces règles sont à discuter dans les commissions de répartition de la valeur qui, pour Pierre Rayé, directeur général du syndicat, fournissent un cadre « suffisant et opérant » lorsque le fabricant veut travailler avec les planteurs… Mais « totalement inopérant » s’il joue le rapport de force. Pour rééquilibrer les rôles dans les groupes privés, « la CGB demande aux pouvoirs publics la création d’organisations de producteurs », a indiqué le responsable. Mais il faudra autre chose dans les coops où là non plus, « la clé de répartition de valeur n’apparaît pas de façon claire », a signalé Éric Lainé. La CGB, qui diffuse désormais une lettre de marché pour informer les producteurs sur les cours, propose entre autres de s’appuyer sur les marchés à terme et de mettre en place un instrument de stabilisation des revenus (ISR) sectoriel. Cependant, comme l’a souligné Éric Lainé : « la CGB porte des solutions mais elle n’y arrivera pas toute seule. C’est dans le cadre de la filière qu’on les trouvera ». Au sein de l’interprofession, le dialogue demeure pour l’instant compliqué.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte 2020 : le spectre de 2016 plane au-dessus des blés français
Surfaces de céréales d’hiver très basses, nombre d’épis réduit par l’excès de pluies automnales puis par la sécheresse…
Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
La gestion de l'interculture va devenir encore plus cruciale en cas d'interdiction du glyphosate. © J.-C. Gutner
Se passer du glyphosate en interculture, des solutions... et des questions
Le glyphosate sert principalement à gérer les vivaces et les graminées, et à détruire les couverts. Sa fin programmée amène à…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures