Aller au contenu principal

Des pertes de 400 à 500 €/ha en betterave

Pour sortir de la crise, la CGB souhaite renforcer la contractualisation dans la filière.

En 2018, le prix moyen de la betterave hors pulpe sera inférieur aux 22,9 €/t de 2017, selon la CGB.
© J.-C. Gutner/Archives

« Nous traversons une crise majeure, a décrit Éric Lainé, président de la CGB (Confédération des planteurs de betteraves) en conférence de presse le 11 décembre. Nous n’avons jamais eu des prix aussi bas. » En prise directe avec le marché mondial depuis la fin des quotas, le secteur subit de plein fouet la surproduction mondiale et les stocks très élevés. À 83 t/ha de sucre à 16 ° (- 6,7 % par rapport à la moyenne quinquennale, - 14,6 % par rapport à 2017), les rendements 2018 ne compensent rien. « Pour la première fois, la betterave va dégrader le revenu de la ferme, et entraîner une moyenne de 400 à 500 €/ha de perte », a signalé le président du syndicat.

Créer des organisations de producteurs

Pour la CGB, la filière doit améliorer sa résilience. « Nous voulons être les champions du monde de la réactivité au marché », a expliqué Éric Lainé. Cela passe par encore plus de contractualisation, mais sur des bases plus solides qu’aujourd’hui. D’après la CGB, les industriels n’ont pas respecté la règle du jeu établie par Bruxelles. Si les contrats signés avant les semis portent bien sur des quantités de betteraves, ils ne précisent pas tous le prix d’achat et aucun ne dit comment répartir les variations des prix de marché entre producteurs et fabricants. Ces règles sont à discuter dans les commissions de répartition de la valeur qui, pour Pierre Rayé, directeur général du syndicat, fournissent un cadre « suffisant et opérant » lorsque le fabricant veut travailler avec les planteurs… Mais « totalement inopérant » s’il joue le rapport de force. Pour rééquilibrer les rôles dans les groupes privés, « la CGB demande aux pouvoirs publics la création d’organisations de producteurs », a indiqué le responsable. Mais il faudra autre chose dans les coops où là non plus, « la clé de répartition de valeur n’apparaît pas de façon claire », a signalé Éric Lainé. La CGB, qui diffuse désormais une lettre de marché pour informer les producteurs sur les cours, propose entre autres de s’appuyer sur les marchés à terme et de mettre en place un instrument de stabilisation des revenus (ISR) sectoriel. Cependant, comme l’a souligné Éric Lainé : « la CGB porte des solutions mais elle n’y arrivera pas toute seule. C’est dans le cadre de la filière qu’on les trouvera ». Au sein de l’interprofession, le dialogue demeure pour l’instant compliqué.

Les plus lus

Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
« la confirmation et la mise en évidence de présomptions fortes de liens entre certaines pathologies et l’exposition aux pesticides doivent orienter les actions publiques vers une meilleure protection des populations », affirment les experts de l'Inserm. © V. Marmuse
Pesticides et santé : nouvelle « confirmation de présomptions fortes de liens » avec certaines maladies (Inserm)
L’expertise réactualisée de l’Inserm « confirme la présomption forte d’un lien entre l’exposition aux pesticides et six…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures