Aller au contenu principal

Traitement des semences
Des pelliculants pour retenir le produit sur la semence

Après ou avec l´application de matières actives sur la graine, les pelliculants donnent une touche finale à la qualité de traitement de la semence.


En vue de sa protection contre les maladies et ravageurs, différents éléments peuvent être appliqués sur la semence : les matières actives bien sûr mais aussi des pelliculants (ou adjuvants, marqueurs). Ces derniers remplissent plusieurs rôles. « Les marqueurs de qualité, comme les appelle Brigitte Fléchel, Syngenta-Cetapp, peuvent être d´une composition complexe avec jusqu´à dix composants possibles. Ils apportent sur toute la surface de la semence un film continu, micro-poreux et coloré. » Ces pelliculants peuvent cumuler plusieurs rôles : meilleure répartition de la matière active sur la semence (mouillant), tenue du produit sur la graine (adhésif) et diminution des poussières, écoulement des semences facilité dans le semoir (fluance, fluidité grâce aux agents nacrants ou métallisants), coloration. Des enrobants peuvent être ajoutés pour apporter à la semence une forme plus adaptée à un semis optimal. C´est le cas pour les betteraves qui, de graines originelles étoilées, sont enrobées pour devenir des semences rondes.

Pour le Staff(1), Jean-François Delage apporte son point de vue pratique sur les pelliculants : « A notre niveau, nous utilisons les pelliculants, polymères de synthèse fournis par les sociétés phytosanitaires. En ce qui me concerne, je préfère des pelliculants dérivés de matières naturelles (résines) qui m´apparaissent aussi efficaces en matière d´adhésivité sur la semence et plus biodégradables. »
©C. Gloria


Des pelliculants homologués, d´autres non
Le champ de l´homologation qui s´applique aux produits phytosanitaires ne couvre pas, pour l´instant, les pelliculants. « La question d´imposer l´homologation généralisée des adjuvants fait partie du débat actuel », se contente de déclarer Hervé Durand. Des sociétés ont devancé la réglementation puisqu´un certain nombre de pelliculants sont déjà homologués.
Différentes techniques existent pour appliquer les produits sur les semences. Syngenta pousse loin la technologie avec son procédé 100 % couvrant. « Un quintal de blé représente 110 à 130 m2 de surface à couvrir, ce qui avec 1,5 litre d´un produit par exemple est difficile à obtenir. Nous avons mis au point un procédé, appelé 100 % couvrant qui transforme un litre de bouillie en 70 litres de mousse et qui permet un étalement optimal du produit sur les semences, une homogénéité de matière active sur chaque graine. » Jusqu´au plus profond du sillon du grain de blé.


(1) Syndicat des trieurs à façon.




Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures