Aller au contenu principal

Tendances alimentaires
Des opportunités dans la restauration collective

Dans trois ans, les cantines de la restauration collective publique devront acheter des produits locaux ou bio pour la moitié de leur approvisionnement. Ce débouché redessine les perspectives, y compris en grandes cultures.

Les cantines collectives se servent de plus en plus de la plateforme Agrilocal pour faire le lien avec les producteurs locaux.
© J.-C. Gutner archive

C’est dans l’article 24 de la loi Agriculture et alimentation : « au plus tard au 1er janvier 2022 », les repas servis dans la restauration collective publique devront intégrer en valeur au moins 50 % de produits locaux ou bio, ces derniers devant représenter au moins 20 % de son approvisionnement. Autre impératif : les collectivités devront faire davantage de place aux produits issus du commerce équitable et provenant de « petites et moyennes entreprises dans le cadre de projets alimentaires territoriaux (PAT) ». De gré ou de force, les cantines des écoles, des maisons de retraite ou des administrations vont donc s’ouvrir aux produits alimentaires locaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les sangliers, dont les populations explosent, sont responsables de 85 % des dégâts de grand gibier occasionnés aux cultures.
Dégâts de gibier : le système d’indemnisation menacé d’explosion
Les dégâts de gibier coûtent de plus en plus cher aux fédérations départementales de chasseurs. Et détruisent des cultures qui n’…
En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
Alexandre Dufour. "Je ne travaille pas pour toucher des indemnités des chasseurs ni pour cultiver des chardons".
Dégâts de gibier : « Nos cultures sont détruites à chaque fois »
Alexandre Dufour est agriculteur en système polyculture- élevage allaitant sur 280 hectares à Agey, en Côte-d’Or. Il déplore des…
Vu la dimension des projets de méthanisation, les banquesexaminent de près la santé financière des exploitants et le niveau de fonds propres.
Méthanisation agricole : 6 points à surveiller pour financer son projet
Rentabilité, fonds propres, compétences... Les banques exigent de plus en plus de garanties pour financer les projets de…
Un colza associé à la féverole développe un enracinement plus profond.
Sol : les plantes compagnes favorisent le drainage
L'association de plantes favorise le développement du système racinaire, favorable à la structure du sol.
Une graminée comme l'orge de printemps dans la betterave montre un effet perturbateur pour l'installation de pucerons.
Jaunisse de la betterave : résultats encourageants avec les plantes compagnes
Depuis deux ans, diverses solutions de lutte contre la jaunisse de la betterave sont testées sur le terrain au travers d’un plan…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures