Aller au contenu principal

Diversification des assolements
Des moyens de rendre le sorgho rentable

Le sorgho a des atouts économiques à faire prévaloir dans les assolements du Sud de la France. Explications et conseils de culture.


Pour 2006, les estimations de surface de sorgho sont de 60 000 à 70 000 hectares mais en France avec les débouchés potentiels, il y a la place pour 100 000 hectares. En termes de marge brute, le sorgho n´a rien à envier à d´autres cultures concurrentes. « En Midi-Pyrénées, son plus gros bassin de production, le sorgho en sec dégage une meilleure marge brute que le tournesol en sec, affirme Jean-Luc Verdier, ingénieur Arvalis, en s´appuyant sur les résultats d´un observatoire technico-économique réalisé sur trois ans.
Le sorgho exprimera tout son potentiel avec trois tours d´eau. ©S. Randé

Plusieurs stratégies en irrigation
« Dès lors qu´il est irrigué, sa marge brute s´en trouve encore améliorée. En vallée du Rhône, son deuxième bassin de production, le sorgho est en concurrence avec le maïs irrigué. Dans ce contexte, le sorgho dégage une meilleure marge brute seulement là où les écarts de rendements entre les deux cultures ne dépassent pas les 20 quintaux à l´hectare. Avec des besoins en eau plus faible, le sorgho irrigué apparaît intéressant dans les situations de ressource en eau limitée et où le rendement du maïs plafonne à 110 quintaux à l´hectare. »
Comment réussir son irrigation sur sorgho ? Jean-Luc Verdier apporte des recommandations : « Il y a plusieurs stratégies à adopter selon la disponibilité de l´eau et du matériel d´irrigation. Si une seule irrigation est possible, il faudra apporter l´eau au stade « gonflement », plutôt qu´à l´épiaison. Avec deux irrigations, on placera les tours d´eau (35 mm) aux stades « gonflement » et « épiaison-floraison » si l´on est sur des sols moyens à profonds. Sur des terres superficielles, on avancera ces deux tours d´eau aux stades « 10 feuilles » et « gonflement ». Avec trois irrigations, on localisera les apports sur les stades « 10 feuilles », « gonflement » et « épiaison-floraison » en sols superficiels, au gonflement, épiaison-floraison puis 15 jours après en sols profonds. Dans toutes les stratégies, il faudra décaler les apports si une pluie supérieure à 20 mm est survenue dans les dix jours précédents un tour d´eau. »
La recherche variétale est dynamique sur sorgho puisque les trois quarts des variétés d´aujourd´hui n´existaient pas avant 2000. On ne peut malheureusement pas en dire autant pour les solutions herbicides. Diverses extensions d´homologation de produits se font attendre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures