Aller au contenu principal
Font Size

Des modèles économiques qui évoluent en Champagne crayeuse

Lors d’une matinée d’échanges, le 13 septembre près de Troyes, la chambre d’agriculture a présenté une photo des modèles économiques actuels en Champagne crayeuse et ouvert le débat sur les stratégies à adopter pour répondre aux enjeux futurs de création de valeurs.

Didier Petit, responsable service Hommes et Entreprises de la chambre d'agriculture de la Haute-Marne présente les stratégies de création de valeurs.
© S. Thillaye

« Des évolutions structurelles plus que conjoncturelles amènent un repositionnement stratégique des entreprises », a constaté Eric Gauthrin, directeur du Centre économique de gestion (CER) de l’Aube lors de l’assemblée générale du Point accueil installation, à Feuges le 13 septembre. A cette occasion, les chambres d'agriculture de l'Aube et Haute-Marne et le CER ont présenté un diagnostic croisé de l’économie des exploitations agricoles en Champagne crayeuse devant une vingtaine de professionnels. « Le déclencheur, c’est 2016 et les prix qui s’effondrent, explique le directeur. C’est la fin d’un monde, le révélateur d’une stratégie volume-prix qui ne fonctionne plus. Nous n’avions pas connu ces évolutions de marché depuis la seconde guerre mondiale ». Et aujourd’hui au-delà du prix, « les évolutions sociétales et de l’environnement global influencent le marché », a-t-il ajouté. Pourtant le monde agricole, prend déjà en compte ces évolutions, comme à travers les conversions en bio. Mais il devra « s’impliquer plus loin dans la chaîne de valeur, adopter une stratégie d’engagement vers le consommateur final pour valoriser le savoir-faire avec une image locale et/ou de signe de qualité », a assuré le directeur. Les chambres d'agriculture le confirme : « nous entrons dans l’ère de la contractualisation, mais pour demain il faut créer de la valeur et se mettre sur le marché car ce sont les enjeux qui nous attendent, a constaté Didier Petit, responsable service Hommes et Entreprises en Haute-Marne. Parmi les stratégies à adapter pour l’avenir : la diversification, la vente directe et la pluriactivité.

Une Cuma intégrale en exemple

Invités de la réunion, Simon et Sonia Meirhaeghe sont représentatifs de ces nouvelles tendances. Mis en avant par la chambre d’agriculture de l’Aube, ils ont témoigné de leurs parcours. Après une première expérience de 7 ans en élevage de bovin allaitant non concluante en Saône-et-Loire, ils ont rejoint une Cuma intégrale à Feuges. Au côté de 6 autres exploitants, ils cultivent ensemble 895 hectares. Ils ont un assolement en commun et mutualisent les marges à l’hectare. « Cela permet de régler les problèmes liés à l’utilisation des machines, à savoir qui commence à récolter en premier », explique l’exploitante. Installé sur 115 ha partiellement en bio, le couple bénéficie de matériel high tech qu’ils n’auraient pas pu rentabiliser autrement. Depuis 1996, les exploitants de la Cuma évoluent dans leurs pratiques : certains sont passé au semis direct et/ou en agriculture biologique, d’autres ont changé de productions, passant des cultures traditionnelles à des plantes spécialisés. « C’est vraiment ensemble que nous avançons vers d’autres façons de faire, mais chacun reste libre de ce qu’il veut produire », a-t-elle rassuré. Et Didier Petit l’a souligné, « dans le milieu agricole les réponses sont souvent collectives ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
La gestion de l'interculture va devenir encore plus cruciale en cas d'interdiction du glyphosate. © J.-C. Gutner
Se passer du glyphosate en interculture, des solutions... et des questions
Le glyphosate sert principalement à gérer les vivaces et les graminées, et à détruire les couverts. Sa fin programmée amène à…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Une fertilisation au semis ne compense jamais une mauvaise levée. © J.-C. Gutner
Colza : fertiliser au semis avec discernement
Pour favoriser la croissance à l’automne et limiter la nuisibilité des attaques d’insectes aux stades jeunes du colza, fertiliser…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures