Aller au contenu principal

Des mélanges de semences autorisés à la vente en céréales

Un arrêté paru au journal officiel début juillet rend possible la vente de mélange de semences de céréales.

Selon le Staff, les mélanges de céréales produits à la ferme ont été multipliés par plus de quatre en sept ans.
© G. Omnès

La commercialisation de mélanges de semences de céréales est désormais autorisée. Un arrêté du ministère de l’Agriculture est paru en ce sens au début de l’été (1). « Nous saluons cette avancée réglementaire emblématique. C’est une véritable consécration pour la pratique de la culture en mélange », exprime le Staff, syndicat des trieurs à façon de France, dans un communiqué. Mais le choix des semences des espèces de céréales ou de variétés doit être conditionné « aux règles de certification ou de commercialisation qui leur sont applicables », précise l’arrêté.

En pratique, les mélanges de variétés existent avec des semences produites à la ferme. « À moins de 50 000 hectares en 2010, nos adhérents sont passés à 228 000 hectares en 2017, avec le concours et la promotion des trieurs de semences », chiffre le Staff. Les mélanges peuvent trouver un intérêt dans la recherche d'une sensibilité réduite aux maladies foliaires. Pourquoi n’ont-ils pas été autorisés précédemment ? Le Gnis (interprofession des semences) et les stations de semences ont toujours fait pression pour empêcher la commercialisation de mélanges au profit du recours à des variétés pures. Et la meunerie, qui constitue une partie du débouché du blé tendre, déconseille les mélanges pour garder la maîtrise de la qualité de la farine.

(1) Arrêté du 26 juin 2018 modifiant l’arrêté du 15 septembre 1982 relatif à la commercialisation des semences de céréales, JO n°0154 du 6 juillet 2018.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures