Aller au contenu principal

Des matières premières encore tirées vers le bas en 2016

Créateur et coordinateur du rapport Cyclope qui analyse chaque année le marché des matières premières, Philippe Chalmin n'est pas optimiste. Le titre de l'édition 2016 de son ouvrage, « À la recherche des sommets perdus », est assez éloquent. « Rarement, la tendance sur les marchés mondiaux des matières premières et de commodités aura été aussi marquée qu'en 2015, écrivent les auteurs. Pratiquement tous les marchés se sont inscrits en baisse, et celle-ci est en général très forte. » Les cours de nombreuses matières sont ainsi revenus fin 2015 au niveau de 2004 ou 2005. Un terme est mis « au cycle de fortes tensions qui avait justement débuté à cette époque et qui aura duré un peu moins de dix ans, soit à peu près le temps de l'investissement », signale l'ouvrage.

Pas de facteur de reprise visible

Aucun facteur ne laisse penser qu'une vraie reprise aura lieu en 2016. Cyclope envisage donc une nouvelle baisse de presque toutes les matières premières, à quelques exceptions près comme le sucre, dont les cours profitent d'un déficit mondial, ou le riz. Pour les spécialistes de Cyclope, l'un des problèmes réside dans l'entêtement des producteurs à augmenter la production indépendamment des signaux du marché, et dans leur capacité à encaisser les baisses de prix. Le fret en est un exemple. L'indice du Dry Baltic index, qui évalue la santé du vrac sec, a atteint en 2015 son plus bas niveau depuis 1984. Les coûts opérationnels d'un bateau ne sont plus couverts, mais « il n'est pas certain que le vrac sec ait encore atteint son plancher », estime le rapport. La flotte mondiale pourrait donc conserver ses effectifs en 2016.

En blé comme en maïs, le contexte n'est pas si différent. Cyclope prévoit des récoltes mondiales globalement encore excédentaires, alors même que les stocks sont très élevés. Le maïs pourrait en plus souffrir de la baisse de la demande chinoise, le pays cherchant à limiter ses importations. En soja, la Chine devrait continuer à importer, mais les bonnes perspectives de récolte en Amérique latine ainsi que la libéralisation des exportations argentines sont de nature à tirer les prix vers le bas. Difficile de se réjouir, à moins de changer de point de vue : " cette année encore, la faim et la pauvreté ont régressé dans le monde », indique l'édition 2016 de Cyclope.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures