Aller au contenu principal

Des herbicides trop limités pour remplacer le glyphosate

Sans herbicide systémique efficace, la gestion des vivaces et des graminées en interculture s'annonce plus difficile.

Le glyphosate permet notamment de limiter la prolifération des chardons.
© JC Gutner

« Le retrait du glyphosate pose la question de la gestion des vivaces en interculture pour lequel il se montre très efficace. Le 2,4 D est un autre herbicide utilisable en interculture et performant contre des vivaces, mais seulement sur les dicotylédones comme le chardon et le liseron. Le chiendent par exemple ne peut être détruit par cette spécialité », précise Ludovic Bonin, Arvalis. En pratique, les mélanges de glyphosate avec du 2,4 D sont assez courants pour lutter contre les vivaces justement. Le dicamba est une autre molécule herbicide au mode d’action voisin de celui du 2,4-D (perturbateur de la régulation de l’auxine, hormone végétale de croissance) utilisable en interculture. Quant au produit Basta F1, herbicide total à base de glufosinate-ammonium, décision a été prise fin 2017 de le retirer du marché.

Face aux graminées en interculture, il n’y a rien de similaire pour remplacer le glyphosate, si ce n’est des produits à base de diclofop-méthyl ou de quizalofop-p éthyl, homologués, selon la terminologie officielle, en « zones cultivées », c’est-à-dire en interculture. « Mais certains des produits contenant ces matières actives ne sont plus commercialisés, signale Ludovic Bonin. Par ailleurs, leur utilisation en interculture présente peu d’intérêt, surtout en présence de graminées résistantes à des produits de la famille des fops. »

Intérêt à trouver avec les produits de biocontrôle

Il reste un produit de biocontrôle, l’acide acétique (vinaigre) autorisé en interculture. Selon Ludovic Bonin, « il faut des doses très élevées et des concentrations importantes d’acide acétique pour obtenir une efficacité acceptable, avec un coût largement plus élevé qu’une dose de glyphosate ». À base d’acide pélargonique, la spécialité Beloukha figure aussi sur la liste des produits de biocontrôle. Déjà autorisé pour le défanage de la pomme de terre, ce produit était pressenti pour une homologation en interculture mais il n’en prend pas le chemin. Conçu par la PME bretonne Osmobio, un autre produit « naturel » est mis en avant pour remplacer le glyphosate. Il est à base d’extraits végétaux mais il n’a pu passer le cap de l’autorisation par l’Anses. Le dossier est incomplet selon l’agence qui a transmis un communiqué sur cette affaire fortement médiatisée(1). Qu’un herbicide soit naturel ou non, un dossier d’homologation complet est nécessaire avec les coûts que cela comporte. La disparition du glyphosate va ouvrir le champ libre à l’homologation de nouvelles spécialités herbicides pour l’interculture. Firmes multinationales ou PME vont-elles s’engouffrer dans la brèche et mettre les moyens pour déposer des dossiers d’homologation ? Rendez-vous dans trois ans.

(1) https://www.anses.fr/fr/system/files/PRES2017CPA22.pdf

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Circuler avec les engins agricoles sur les routes très fréquentées requiert des précautions.
Agriculture périurbaine : « Pour accéder à mes parcelles, j’évite les entrées et sorties de bureau »
Circulation difficile, dégâts de lapins, dépôts sauvages… Des agriculteurs situés en zone périurbaine cherchent la parade face à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures