Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Des herbicides trop limités pour remplacer le glyphosate

Sans herbicide systémique efficace, la gestion des vivaces et des graminées en interculture s'annonce plus difficile.

Le glyphosate permet notamment de limiter la prolifération des chardons.
© JC Gutner

« Le retrait du glyphosate pose la question de la gestion des vivaces en interculture pour lequel il se montre très efficace. Le 2,4 D est un autre herbicide utilisable en interculture et performant contre des vivaces, mais seulement sur les dicotylédones comme le chardon et le liseron. Le chiendent par exemple ne peut être détruit par cette spécialité », précise Ludovic Bonin, Arvalis. En pratique, les mélanges de glyphosate avec du 2,4 D sont assez courants pour lutter contre les vivaces justement. Le dicamba est une autre molécule herbicide au mode d’action voisin de celui du 2,4-D (perturbateur de la régulation de l’auxine, hormone végétale de croissance) utilisable en interculture. Quant au produit Basta F1, herbicide total à base de glufosinate-ammonium, décision a été prise fin 2017 de le retirer du marché.

Face aux graminées en interculture, il n’y a rien de similaire pour remplacer le glyphosate, si ce n’est des produits à base de diclofop-méthyl ou de quizalofop-p éthyl, homologués, selon la terminologie officielle, en « zones cultivées », c’est-à-dire en interculture. « Mais certains des produits contenant ces matières actives ne sont plus commercialisés, signale Ludovic Bonin. Par ailleurs, leur utilisation en interculture présente peu d’intérêt, surtout en présence de graminées résistantes à des produits de la famille des fops. »

Intérêt à trouver avec les produits de biocontrôle

Il reste un produit de biocontrôle, l’acide acétique (vinaigre) autorisé en interculture. Selon Ludovic Bonin, « il faut des doses très élevées et des concentrations importantes d’acide acétique pour obtenir une efficacité acceptable, avec un coût largement plus élevé qu’une dose de glyphosate ». À base d’acide pélargonique, la spécialité Beloukha figure aussi sur la liste des produits de biocontrôle. Déjà autorisé pour le défanage de la pomme de terre, ce produit était pressenti pour une homologation en interculture mais il n’en prend pas le chemin. Conçu par la PME bretonne Osmobio, un autre produit « naturel » est mis en avant pour remplacer le glyphosate. Il est à base d’extraits végétaux mais il n’a pu passer le cap de l’autorisation par l’Anses. Le dossier est incomplet selon l’agence qui a transmis un communiqué sur cette affaire fortement médiatisée(1). Qu’un herbicide soit naturel ou non, un dossier d’homologation complet est nécessaire avec les coûts que cela comporte. La disparition du glyphosate va ouvrir le champ libre à l’homologation de nouvelles spécialités herbicides pour l’interculture. Firmes multinationales ou PME vont-elles s’engouffrer dans la brèche et mettre les moyens pour déposer des dossiers d’homologation ? Rendez-vous dans trois ans.

(1) https://www.anses.fr/fr/system/files/PRES2017CPA22.pdf
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures