Aller au contenu principal

Des herbicides en développement pour de nombreuses cultures présentés au Columa

Le Columa (colloque international sur la lutte contre les mauvaises herbes) est toujours l’occasion de découvrir des projets de développement de nouveaux herbicides. DowAgroSciences prépare un produit composé d’aminopyralide et de propyzamide pour le
désherbage de post-levée du colza. Cette préparation appliquée à 1,5 l/ha allie un haut niveau d’efficacité sur des graminées à un bon contrôle de diverses dicotylédones.
L’éthametsulfuron-méthyle de DuPont attend toujours d’être homologué sur colza pour la post-levée. Gowan va proposer une nouvelle formulation liquide à base de triallate pour le
désherbage du blé tendre et aussi de la betterave. Belchim Crop Protection va remettre au goût du jour une urée substituée, le métobromuron. Cette matière active pourra être utilisée sur plusieurs cultures dont le tournesol, la pomme de terre et les cultures légumières. Pour le désherbage du maïs et du sorgho, FMC et Belchim vont développer un herbicide (Alcance SyncTEC) associant la clomazone et la pendiméthaline dans une formulation d’encapsulation innovante. La clomazone est une nouvelle matière active pour le maïs. Le produit apporte une efficacité optimale sur des graminées et dicotylédones.
La clomazone se retrouve dans un autre projet (FMC et Bayer), associé à l’aclonifen pour le
désherbage du pois, de la féverole et de la pomme de terre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures