Aller au contenu principal

Productions végétales
Des haies pour protéger les cultures et les sols

Les opérations incitant à la plantation de haies sont nombreuses et variées dans les différents départements français. L´agriculteur peut en tirer des bénéfices.


Refuges pour les organismes auxiliaires ou le petit gibier, action contre l´érosion, brise-vent, embellissement du paysage. Les haies procurent de multiples avantages au milieu rural. Leur plantation relèvera d´une réflexion dans le contexte d´une exploitation et d´une région. « Le choix des essences tient compte des besoins de l´agriculteur. Par exemple, pour favoriser les organismes auxiliaires, nous conseillons le sureau qui peut héberger nombres d´insectes utiles grâce à ses tiges creuses, précise François-Xavier Valengin, du Centre régional de la propriété forestière (CRPF) du Nord-Pas-de-Calais Picardie. En revanche, des espèces d´arbres sont écartées car elles sont connues pour être hôtes de maladies (rouilles) ou de ravageurs (pucerons). »

« On a toujours intérêt à associer une haie à une banquette herbeuse, ajoute-t-il. Les graminées ont pour effet de retenir les pucerons en dehors de la parcelle. Les oiseaux comme les perdreaux y trouveront une source de nourriture en insectes. Une bande enherbée associée à une haie arbustive de hauteur limitée (moins de 3 m) répondra à un objectif cynégétique de protection du gibier. En plus, elle évite de retrouver l´effet négatif de la haie sur les rangs de culture toutes proches. »
Le type de sol intervient également sur le choix des espèces d´arbres. « Pour les sols calcaires du plateau Picard, on privilégiera des espèces calcicoles comme le nerprun purgatif, le camérisier balais, le cerisier de Sainte-Lucie, le cornouiller sanguin. », conseille le spécialiste du CRPF.
©D. R.


Des pertes en culture compensées par l´effet brise-vent
Pour les rangs situés en-deçà de quelques mètres de la haie, il y a une perte de rendement inévitable sur les cultures. Mais l´effet brise-vent de la haie compense cet inconvénient en ayant un impact bénéfique sur le rendement jusqu´à une distance de 15 à 20 fois la hauteur de la haie. « Un réseau de haies bien constitué dans le parcellaire permet un gain de température de 1 à 2ºC selon des études de l´Inra, ajoute François-Xavier Valengin. C´est favorable à la précocité des cultures. »
La haie a un pouvoir de rétention d´eau indéniable. « Dans le cas d´inondations, le maillage des haies ralentit l´écoulement des eaux et écrête la crue. sans empêcher celle-ci, prévient Philippe Pointereau, de l´association Solagro. Les haies retiennent l´eau par un effet de talus et permettent une meilleure infiltration de l´eau dans le sol. Au lieu de circuler en surface, l´eau s´infiltre et donc s´écoule beaucoup moins vite. »

A force de mettre en exergue leurs avantages, les haies regagnent du terrain. « Des opérations de plantation ont démarré en 1980, après les vagues de remembrement. Nous assistons à une légère croissance du linéaire planté. En 2002, au niveau national, on peut l´estimer à 3000 kilomètres contre 2 500 kilomètres cinq ans plus tôt », indique Philippe Pointereau.
Même constat dans le seul département de la Somme. « L´arrivée des CTE a engendré une explosion du nombre de projets de plantation depuis avril-mai 2000, constate Hervé Hemeryck, conseiller CTE à la Chambre d´agriculture de la Somme. Il existe plusieurs mesures-types sur les haies : selon l´emprise (3 ou 4 m), avec protection de clôture, alignement d´arbres, entretien et réhabilitation. » A l´échelle d´une exploitation, la Chambre d´agriculture a entrepris une étude d´impact des haies sur les cultures.
Respecter les distances avec les voisins.

Conseils généraux et Conseils régionaux acteurs
Les CTE (CAD dorénavant) ne sont pas seuls à fournir une aide financière à la plantation de haies. « Les Conseils généraux sont les initiateurs des programmes de replantation des arbres hors forêt depuis 1980. Ce sont des Conseils généraux que proviennent les fonds les plus importants pour la plantation de haies, considère Philippe Pointereau. Les Conseils régionaux interviennent de manière hétérogène dans le financement d´actions locales. Mais ils sont de plus en plus présents. Depuis une quinzaine d´années, des associations départementales de planteurs de haies se constituent. Elles sont soutenues par les acteurs locaux, Conseils généraux notamment, et prennent naissance autour d´agriculteurs, de particuliers. »

Sur la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais, le CRPF est un organisme incontournable sur les conseils de plantation. Cet établissement dépendant du ministère de l´Agriculture, assure une aide technique gratuite auprès des agriculteurs intéressés, ainsi que le prêt d´une dérouleuse de bâche plastique. Elle réalise des commandes groupées de plants à la demande. Les fédérations départementales des chasseurs sont très actives dans certains départements sur la constitution de haies. D´autres acteurs interviennent comme les DDA, les Conseils d´architecture, d´urbanisme et d´environnement (CAUE dépendant des Conseils généraux). Même des compagnies d´assurance ont été amenées à financer la constitution de haies dans certains département pour réduire les dégâts dûs aux tempêtes. Service rendu par les agriculteurs, la plantation de haies bénéficie à tout le monde.

Les références ne manquent pas sur la plantation de haies, très bien documentées et richement illustrées. En voici une liste, non exhaustive.
Un site internet est entièrement consacré aux haies : www.educagri.fr/hedges
Quelques ouvrages :
- « Plantation et entretien des haies en Europe », d´Albert Reif et Thomas Schmutz, 2001, 130 p. Disponible auprès de IDF Diffusion - 23, avenue Bosquet - 75007 Paris. Frais d´envoi : 6 euros pour 1 à 2 brochures ; 8 euros de 3 à 9 ; 15 euros au-delà.
- « Planter des haies », 1999 (8e édition), de Dominique Soltner. 114 p. Prix franco : 23,20 euros à Diffusion Sciences et Techniques Agricoles - Le Clos Lorelle - 49130 Sainte-Gemmes-sur-Loire.
« Petit guide des arbres et haies champêtres », 2001 (16e édition), 20 p. Mêmes auteur et adresse. Prix : 6,80 euros.
« Bandes enherbées et autres dispositifs bocagers », 2001, 24 p. Mêmes auteur et adresse.
« Arbres et eaux » et « Arbres et biodiversité », 2 brochures de 10 euros chacune, 34 p. Disponibles auprès de Solagro - 219, avenue de Muret - 31300 Toulouse.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures