Aller au contenu principal

Des goulets d’étranglement susceptibles de freiner lourdement les échanges mondiaux

Un rapport de la Chatham House montre l'importance des goulets d'étranglements dans la dynamique des échanges internationaux.

Chaque année, des millions de tonnes de blé, de maïs et de riz se déplacent des zones de production vers les zones de consommation. Et sur leurs trajets, elles rencontrent régulièrement des goulets d’étranglement. Dans un rapport publié cet été, l’institut royal britannique des affaires internationales, la Chatham House, montre que ces goulets, très rarement étudiés en tant que tels, sont générateurs d’une grande insécurité dans les échanges de grains mondiaux.

53 % des exportations mondiales de blé, de maïs et de riz transitent par les nœuds de transport identifiés aux États-Unis, au Brésil et en mer Noire. « L’un des principaux risques pour le commerce international agricole est le manque d’infrastructures adéquates, estiment les auteurs du rapport. Pour combler ce manque, il ne s’agit pas seulement de construire davantage. De nouveaux développements doivent permettre d’améliorer la résistance des infrastructures à des climats hostiles lorsqu’elles vieillissent. »

« Vieilles, congestionnées, vulnérables aux inondations et à la sécheresse », les voies fluviales du centre des États-Unis constituent ainsi pour eux un danger. En 2020, le système de transport sur le Mississipi et dans l’Illinois devrait atteindre 90 % de ses capacités, ce qui risque de ralentir les échanges. Même inquiétude vis-à-vis de la mer Noire où, en dehors des risques liés au froid, les auteurs estiment les capacités de stockage des six ports de la zone déjà atteintes.

Or pour approvisionner certaines zones, impossible d’éviter ces goulets d’étranglement, qui peuvent être bloqués pour des raisons logistiques, climatiques, mais aussi politiques. Un peu plus du tiers du grain importé en Afrique du Nord et au Moyen-Orient doit transiter par les détroits turcs, un point de passage très sensible mais incontournable. Dans un futur proche, « la croissance du commerce international va conduire à une augmentation de la dépendance vis-à-vis des goulots d’étranglement », prévoient les auteurs du rapport. Et pourquoi pas, à une remontée des cours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures