Aller au contenu principal

LE GRAPHIQUE DU MOIS
Des exportations records de blé tendre français en 2019-2020

Avec 13,4 millions de tonnes expédiées, la campagne passée s'est achevée sur une performance française encore jamais atteinte pour les exports de blé tendre vers les pays tiers. Un chiffre qui chutera fortement cette année.

Les exportations de blé tendre français ont bénéficié en 2019-2020 de flux très importants vers la Chine totalement inédits, et ont regagné des parts de marché sur les débouchés traditionnels de la France. © Réussir / Douanes.
Les exportations de blé tendre français ont bénéficié en 2019-2020 de flux très importants vers la Chine totalement inédits, et ont regagné des parts de marché sur les débouchés traditionnels de la France.
© Réussir / Douanes.

La France n’a jamais exporté autant de blé tendre vers les pays tiers qu’en 2019-2020. Plusieurs facteurs expliquent cette performance.

Une récolte 2019 abondante et de qualité

Avec près de 40 millions de tonnes (Mt) de blé engrangées l’an passé, la France a disposé d’un gros volume exportable. La qualité était également au rendez-vous, ce qui a permis de répondre aux cahiers des charges des clients de la France.

Des ventes exceptionnelles vers la Chine

Du jamais vu : la France a expédié la campagne passée 1,6 Mt de blé tendre vers la Chine. Non seulement le blé français affichait qualité et compétitivité, mais il a profité de l’augmentation des besoins chinois. La Chine s’est tournée vers la France en raison des brouilles économico-diplomatiques avec plusieurs de ses fournisseurs traditionnels, tels que les USA et le Canada, et du fait des faibles disponibilités australiennes. Ce flux s’est maintenu sur le début de 2020-2021.

La reconquête en Afrique du Nord et subsaharienne

La France a fait carton plein cette année sur ses débouchés traditionnels. Non seulement elle a réalisé l’un de ses meilleurs scores sur l’Algérie, mais elle a repris des parts de marché en Égypte et en Afrique subsaharienne. Les petits stocks au Maroc, aggravés par la sécheresse qui s’est abattue sur ce pays, ont aussi dopé les importations du royaume, exécutées en grande partie avec du blé français.

Une compétitivité russe amoindrie

Le principal concurrent de la France sur ses marchés historiques, la Russie, a pâti d’une moindre compétitivité en 2019-2020. Les prix russes ont été moins agressifs du fait du repli de la récolte, du niveau du rouble et de la forte demande intérieure, qui a renchéri les prix à l’export.

Changement de décor pour 2020-2021

Le contraste sera violent cette année. Les exportations françaises vont être bridées par la maigre récolte, inférieure de 10 Mt à celle de 2019. Les expéditions hors de l’UE sont attendues inférieures à 8 Mt. En 2016-2017, les exportations vers pays tiers s’étaient effondrées à 5 Mt.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures