Aller au contenu principal

Des exportations de semences toujours au plus haut

La France s’affiche toujours comme le leader mondial en matière d’exportation de semences, devant les États-Unis, l’Allemagne et les Pays-Bas. En 2013-2014, ses exportations se chiffraient à 1,42 milliard d’euros (1,8 milliard de dollars) et contribuaient à hauteur de 24 % de l’excédent commercial du secteur des produits agricoles, sylvicoles et piscicoles. "Mais ces exportations marquent le pas après trois années de croissance exceptionnelle (+ 16 % en moyenne), communique Catherine Dagorn, directrice générale du Gnis. La filière accuse le coup avec l’amoindrissement des stocks en semences de maïs et de cultures oléagineuses. Les opérateurs français ont donc dû faire appel à leurs partenaires hors de l’Hexagone. Les importations ont bondi de 17 % pour s’établir à 685 millions d’euros (M€). Le solde commercial des semences a reculé de 12 % (733 M€)."

Premier pays producteur européen

Le chiffre d’affaires des semences et plants est de 3,2 milliards d’euros. La France reste le premier pays producteur européen avec plus de 300 000 hectares qui y sont consacrés contre moins de 200 000 hectares dans chacun des autres concurrents de l’Union européenne (UE). La part des exportations est donc de 45 %. Le maïs constitue de loin la première culture en termes de chiffre d’affaires (1075 M€) et d’exports (588 M€). Soixante-douze pour cent des exportations des semences françaises sont à destination de l’UE, notamment l’Allemagne (256 M€), et 8 % vers les pays de la CEI occidentale (Russie, Ukraine, Belarus, Moldavie). L’augmentation globale des exportations est modeste (+ 3 %) et elle est portée surtout par les cultures potagères fines (+ 35 M€) puis les oléagineux (+ 7 M€) et les plants de pomme de terre (+ 6 M€). L'optimisme reste de mise dans la production de semences.

Les plus lus

betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
[vidéo] Pyrale du maïs : un quad customisé pour épandre les trichogrammes
Un quad avec épandeur de trichogramme intégré : cette innovation testée par Bioline et la coopérative Oxyane permet de simplifier…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
discussion trilogue
PAC : les négociations entre eurodéputés et ministres achoppent sur les mesures environnementales
Au bout de trois jours de trilogue, les négociations entre la Commission européenne, le Parlement européen et les ministres se…
Michel et Nicolas Dostes, agriculteurs à Astaffort (47)  -   "Avec des colzas développés suffisamment tôt grâce au semis direct et précoce, aucun insecticide n'a été employé l'automne dernier." © Gaec Dostes
Colza : « Ma stratégie permet d’économiser 50 à 70 euros/hectare d’insecticides »
A Astaffort dans le Lot-et-Garonne, Nicolas Dostes est passé au semis direct et à une implantation précoce du colza. La pression…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures