Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Climat
Des déficits importants d’eau du Nord au Sud

Sans être catastrophique, le niveau des nappes est globalement faible... laissant augurer une fin de cycle difficile.

Du jamais vu. Le préfet du Nord a décidé le 9 avril de placer son département en alerte sécheresse avec des mesures de restriction applicables jusqu’au 30 juin 2019. Pour les agriculteurs, l’arrêté préfectoral qui vise les économies d’eau interdit l’irrigation entre 11h et 17h. Le Pas-de-Calais va emboîter le pas de son voisin. C’est la première fois qu’un arrêté est pris aussi tôt dans le Nord de la France. Les déficits de pluviométrie depuis plusieurs mois et l’état préoccupant de recharge des nappes phréatiques sont les raisons de cette mesure d’exception.

Sur le reste de la France, la situation n’était au même moment guère plus favorable à la bonne recharge des nappes d’eau souterraine. « Les niveaux traduisent une recharge 2018-2019 peu abondante, du fait des précipitations faibles et parfois tardives durant l’automne et l’hiver, écrivait le BRGM(1) le 1er avril dans une note. Certains secteurs n’ont pas enregistré de recharge pendant la période hivernale, notamment en Normandie, en Île-de-France, en Bourgogne et en Auvergne-Rhône-Alpes. »

Manque de pluie hivernale et gel de printemps

La carte de l’état des nappes en France présente pourtant des situations pas si alarmistes. Mais aucune région ne montre des nappes bien remplies à l’entame du développement des cultures. Les niveaux se situent autour de la moyenne ou à des valeurs basses (Berry, Sud Alsace, Bourgogne, couloir rhodanien amont). « Fin mars, le Sud-Est enregistrait un déficit de – 87 % en pluviométrie », selon une note d’Agreste. Au 15 avril, les pluviométries restaient très faibles dans la plupart des régions de grandes cultures — le Sud-Est avait pu bénéficier cependant de pluies d’orage — et les prévisions à sept jours montraient une absence de précipitations. C’était sans compter sur des épisodes de gel survenus entre le 10 et le 15 avril.

(1) Bureau des recherches géologiques et minières
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
 © V. Marmuse / CAIA
Météo : les cultures seront-elles confrontées à un été chaud ou très chaud ?
Les prévisions trimestrielles de Météo France tablent sur un été plus chaud que la normale. D’autres prévoient un été moins chaud…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Stratégie « de la ferme à la table » : Bruxelles place la barre environnementale haut
Un quart de la surface européenne en bio, baisse de 50 % de l’usage des phytos et de 20 % de l’utilisation d’engrais… Dans la…
Les céréales n'aiment pas beaucoup les excès d'eau, en particulier les orges. © C. Baudart
En grandes cultures, les excès de pluies hivernales bousculent les assolements
Les niveaux de pluviométrie de l’hiver, largement supérieurs à la normale, modifient la physionomie de la plaine : semis de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures