Aller au contenu principal

« Des budgets surtout utilisés pour soutenir les prix de marché »

Martin Von Lampe, analyste des politiques agricoles à l’OCDE et spécialiste des pays de la mer Noire, livre des éclairages sur la lecture de l’ESP (estimation des soutiens aux producteurs) et les aides mises en place en Ukraine et en Russie.

Martin Von Lampe de l'OCDE. "L'ESP n'évalue en aucun cas l'impact des politiques mises en œuvre."
© V.Noël

Indicateur produit par l’OCDE, l’estimation du soutien aux producteurs (ESP) permet de comparer le niveau des aides versées aux agriculteurs au niveau d’un État. Quelles en sont les limites ?

Martin Von Lampe - Cet indicateur mesure l’argent transféré directement des contribuables et des consommateurs vers les producteurs agricoles. Il ne prend pas en compte les coûts administratifs liés à ces transferts. Par exemple, dans le cas d’un soutien au prix de marché, il comptabilise ce qui est versé à l’agriculteur mais pas les coûts engendrés par le maintien de la mesure. L'ESP se concentre sur les mesures spécifiques à l'agriculture et n'intégre pas, par exemple, des allégements de charges pouvant aussi toucher d'autres secteurs. De plus, cet indicateur n’évalue en aucun cas l’impact des politiques mises en œuvre. Il décrit juste l’effort fait par l’État. Il ne mesure pas l’atteinte des objectifs fixés ni les effets secondaires. Son grand intérêt est d’être comparable d’un pays à l’autre.

Dans certains États, c’est le cas de l’Ukraine par exemple, l’ESP est négatif. Comment cela s’explique ?

M. V. L. - La mise en place à l’export de quotas ou de licences d’exportation mais aussi de taxes peut être la cause d’un soutien négatif aux producteurs. En Ukraine, il existe encore des quotas d’exportation en céréales. C’est une manière pour le gouvernement de protéger le marché intérieur, mais de ce fait, les prix payés aux producteurs sont plus faibles que le prix mondial, ce qui les dessert. Il y a une autre forme de contrôle des volumes exportés via la délivrance de licences aux exportateurs.

Comment résumeriez-vous les politiques mises en place en Ukraine et en Russie ?

M. V. L. - De par l’histoire commune de ces pays, marquée notamment par le communisme, elles sont très similaires. Il y a une même culture politique. Dans les deux pays, la majorité des budgets sont utilisés pour soutenir les prix de marché, en particulier en limitant les importations de produits animaux et de sucre. À l’inverse, les céréales sont taxées à l’export. Ce qui donne un double soutien aux filières animales, qui bénéficient à la fois d’un marché protégé et de prix bas en alimentation animale. L’autre grand volet des aides concerne les soutiens à l’utilisation d’intrants, qui peut prendre plusieurs formes : soutiens spécifiques sur le carburant, les engrais, taux de crédit bonifiés… L’enveloppe est moins importante que celle consacrée aux soutiens des prix de marché, mais elle pèse également.

Propos recueillis par Valérie Noël

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Traiter ou ne pas traiter ? Le conseil de préconisation phyto ne peut désormais plus être apporté par les coopératives et négoces qui ont décidé de garder l'activité de vente de produits. © S. Leitenberger
Produits phytosanitaires : ce qui change pour vous avec la séparation vente-conseil
L’entrée en vigueur, depuis le 1er janvier 2021, de la séparation entre la vente et le conseil concernant les produits…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures