Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

« Des budgets surtout utilisés pour soutenir les prix de marché »

Martin Von Lampe, analyste des politiques agricoles à l’OCDE et spécialiste des pays de la mer Noire, livre des éclairages sur la lecture de l’ESP (estimation des soutiens aux producteurs) et les aides mises en place en Ukraine et en Russie.

Martin Von Lampe de l'OCDE. "L'ESP n'évalue en aucun cas l'impact des politiques mises en œuvre."
© V.Noël

Indicateur produit par l’OCDE, l’estimation du soutien aux producteurs (ESP) permet de comparer le niveau des aides versées aux agriculteurs au niveau d’un État. Quelles en sont les limites ?

Martin Von Lampe - Cet indicateur mesure l’argent transféré directement des contribuables et des consommateurs vers les producteurs agricoles. Il ne prend pas en compte les coûts administratifs liés à ces transferts. Par exemple, dans le cas d’un soutien au prix de marché, il comptabilise ce qui est versé à l’agriculteur mais pas les coûts engendrés par le maintien de la mesure. L'ESP se concentre sur les mesures spécifiques à l'agriculture et n'intégre pas, par exemple, des allégements de charges pouvant aussi toucher d'autres secteurs. De plus, cet indicateur n’évalue en aucun cas l’impact des politiques mises en œuvre. Il décrit juste l’effort fait par l’État. Il ne mesure pas l’atteinte des objectifs fixés ni les effets secondaires. Son grand intérêt est d’être comparable d’un pays à l’autre.

Dans certains États, c’est le cas de l’Ukraine par exemple, l’ESP est négatif. Comment cela s’explique ?

M. V. L. - La mise en place à l’export de quotas ou de licences d’exportation mais aussi de taxes peut être la cause d’un soutien négatif aux producteurs. En Ukraine, il existe encore des quotas d’exportation en céréales. C’est une manière pour le gouvernement de protéger le marché intérieur, mais de ce fait, les prix payés aux producteurs sont plus faibles que le prix mondial, ce qui les dessert. Il y a une autre forme de contrôle des volumes exportés via la délivrance de licences aux exportateurs.

Comment résumeriez-vous les politiques mises en place en Ukraine et en Russie ?

M. V. L. - De par l’histoire commune de ces pays, marquée notamment par le communisme, elles sont très similaires. Il y a une même culture politique. Dans les deux pays, la majorité des budgets sont utilisés pour soutenir les prix de marché, en particulier en limitant les importations de produits animaux et de sucre. À l’inverse, les céréales sont taxées à l’export. Ce qui donne un double soutien aux filières animales, qui bénéficient à la fois d’un marché protégé et de prix bas en alimentation animale. L’autre grand volet des aides concerne les soutiens à l’utilisation d’intrants, qui peut prendre plusieurs formes : soutiens spécifiques sur le carburant, les engrais, taux de crédit bonifiés… L’enveloppe est moins importante que celle consacrée aux soutiens des prix de marché, mais elle pèse également.

Propos recueillis par Valérie Noël

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Covid-19/grandes cultures : les bons gestes pour vous protéger !
Les recommandations pour lutter contre le coronavirus dans les travaux du quotidien en grandes cultures, entre lavage de mains,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures