Aller au contenu principal
Font Size

« Des budgets surtout utilisés pour soutenir les prix de marché »

Martin Von Lampe, analyste des politiques agricoles à l’OCDE et spécialiste des pays de la mer Noire, livre des éclairages sur la lecture de l’ESP (estimation des soutiens aux producteurs) et les aides mises en place en Ukraine et en Russie.

Martin Von Lampe de l'OCDE. "L'ESP n'évalue en aucun cas l'impact des politiques mises en œuvre."
© V.Noël

Indicateur produit par l’OCDE, l’estimation du soutien aux producteurs (ESP) permet de comparer le niveau des aides versées aux agriculteurs au niveau d’un État. Quelles en sont les limites ?

Martin Von Lampe - Cet indicateur mesure l’argent transféré directement des contribuables et des consommateurs vers les producteurs agricoles. Il ne prend pas en compte les coûts administratifs liés à ces transferts. Par exemple, dans le cas d’un soutien au prix de marché, il comptabilise ce qui est versé à l’agriculteur mais pas les coûts engendrés par le maintien de la mesure. L'ESP se concentre sur les mesures spécifiques à l'agriculture et n'intégre pas, par exemple, des allégements de charges pouvant aussi toucher d'autres secteurs. De plus, cet indicateur n’évalue en aucun cas l’impact des politiques mises en œuvre. Il décrit juste l’effort fait par l’État. Il ne mesure pas l’atteinte des objectifs fixés ni les effets secondaires. Son grand intérêt est d’être comparable d’un pays à l’autre.

Dans certains États, c’est le cas de l’Ukraine par exemple, l’ESP est négatif. Comment cela s’explique ?

M. V. L. - La mise en place à l’export de quotas ou de licences d’exportation mais aussi de taxes peut être la cause d’un soutien négatif aux producteurs. En Ukraine, il existe encore des quotas d’exportation en céréales. C’est une manière pour le gouvernement de protéger le marché intérieur, mais de ce fait, les prix payés aux producteurs sont plus faibles que le prix mondial, ce qui les dessert. Il y a une autre forme de contrôle des volumes exportés via la délivrance de licences aux exportateurs.

Comment résumeriez-vous les politiques mises en place en Ukraine et en Russie ?

M. V. L. - De par l’histoire commune de ces pays, marquée notamment par le communisme, elles sont très similaires. Il y a une même culture politique. Dans les deux pays, la majorité des budgets sont utilisés pour soutenir les prix de marché, en particulier en limitant les importations de produits animaux et de sucre. À l’inverse, les céréales sont taxées à l’export. Ce qui donne un double soutien aux filières animales, qui bénéficient à la fois d’un marché protégé et de prix bas en alimentation animale. L’autre grand volet des aides concerne les soutiens à l’utilisation d’intrants, qui peut prendre plusieurs formes : soutiens spécifiques sur le carburant, les engrais, taux de crédit bonifiés… L’enveloppe est moins importante que celle consacrée aux soutiens des prix de marché, mais elle pèse également.

Propos recueillis par Valérie Noël

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte 2020 : le spectre de 2016 plane au-dessus des blés français
Surfaces de céréales d’hiver très basses, nombre d’épis réduit par l’excès de pluies automnales puis par la sécheresse…
Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
La gestion de l'interculture va devenir encore plus cruciale en cas d'interdiction du glyphosate. © J.-C. Gutner
Se passer du glyphosate en interculture, des solutions... et des questions
Le glyphosate sert principalement à gérer les vivaces et les graminées, et à détruire les couverts. Sa fin programmée amène à…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures