Aller au contenu principal

Des bactéries protectrices en traitement de semences du colza

La société BASF propose un nouveau traitement de semences pour le colza, à base d’une souche bactérienne. L’occasion de faire un point sur les TS colza, en manque de produits.

Sur colza, les semences pourront être traitées pour la dernière année avec du thirame, et dorénavant avec Intégral Pro ou un pelliculage à base de fertilisant.
© S. Leitenberger

Une innovation en traitement de semences (TS) du colza. BASF lance la commercialisation à grande échelle de sa spécialité Intégral Pro pour les semis 2019. Il s’agit d’un produit de biocontrôle à base d’une souche (MBI 600) de la bactérie Bacillus amyloliquefaciens. L’autorisation de mise en marché comporte deux usages en TS : protection contre les champignons autres que pythiacées (dont le phoma) et stimulateur de défense naturelle sur grosses et petites altises. Sur sa note présentant le produit, BASF précise que la protection des semences s’applique contre la fonte des semis due à divers champignons. La société revendique pour son produit une amélioration de l’implantation de la culture et de la vigueur à la reprise de végétation en sortie d’hiver. Quant à la stimulation des défenses naturelles, elle a un effet observé contre les altises en situation de pression faible à moyenne. BASF met en avant un gain de rendement de 4 % en moyenne par rapport à des semences non traitées. « En se multipliant, les bactéries forment un film de protection autour des racines de colza », ajoute la firme.

Des essais de Terres Inovia peu concluants

L’institut technique Terres Inovia a testé le produit et il apporte un bémol quant à son intérêt : d’abord sur les maladies générant les fontes de semis. « Sur colza, celles-ci concernent l’action de champignons inféodés au sol plutôt qu’à la semence tels que le phoma, les pythium, rhizoctonia, Fusarium… Ces champignons ne se montrent véritablement pathogènes qu’en conditions humides lors de l’implantation, avec des pertes à la levée à la clé. C’est particulièrement référencé en colza de printemps mais très peu en colza d’hiver, fait le point l’institut technique, sur une note diffusée sur son site web. Pour des semis d’août et de début septembre, les conditions ne sont pas du tout favorables à ces pathogènes présents dans le sol. Les résultats de quatre essais Terres Inovia en 2018 n’ont pas permis de mettre en évidence le bénéfice du TS Integral Pro en comparaison à un témoin non protégé. »

Et en ce qui concerne l’action sur les altises ? « Durant les campagnes 2016 et 2017, sept essais ont été mis en place dans différents contextes de pression avérée, avec comparaison à la référence thirame. L’effet 'vigueur' d’Intégral Pro n’a été constaté que dans un seul essai et s’est rapidement estompé en raison d’une très forte pression des altises. Aucune différence de peuplement n’est observée entre les semences traitées Intégral Pro et thirame, signale Terres Inovia. Par ailleurs, seul deux des sept essais montrent une légère différence du nombre de plantes attaquées au stade '2 feuilles', différence qui disparaît au stade '4 feuilles'. Sur les sept essais, aucun effet significatif d’Intégral Pro n’est constaté sur le pourcentage de plantes attaquées et la vigueur à '4 feuilles'. » Pour l’institut technique, le TS Intégral Pro sur la fonte de semis n’apporte pas de bénéfice à la compétitivité de la culture. Il n’en fournit pas davantage vis-à-vis des attaques d’altises. Terres Inovia note par ailleurs le prix d’Intégral Pro plus élevé que celui du thirame. Mais contre les altises notamment, il existe d’autres moyens de lutte : direct (insectides en végétation) ou indirect jouant sur la vigueur de démarrage du colza.

Le thirame à l’arrêt fin juillet

Seul TS disponible sur colza comme fongicide, le thirame n’a pas été réapprouvé au niveau européen. Le délai de commercialisation des semences utilisant cette protection est le 31 juillet 2019 et un délai d’utilisation a été fixé au 30 janvier 2020. Selon Terres Inovia, les quantités disponibles de semences traitées au thirame risquent d’être limitées. Des semences pourront être proposées avec Integral Pro ou avec un pelliculage à base de fertilisants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures