Aller au contenu principal

Des apports azotés bien valorisés à partir de la montaison

Des apports azotés bien valorisés à partir de la montaison
© Arvalis

Les besoins du blé en azote sont faibles durant le tallage. Le premier apport à ce stade n’est pas toujours justifié, surtout si le niveau de reliquats en sortie d’hiver est satisfaisant.

Durant la montaison, les besoins augmentent fortement et restent élevés jusqu’à la fin du remplissage des grains. Cela peut justifier d’effectuer deux apports autour du stade « épi 1 cm ».

Le coefficient apparent d’utilisation (CAU) traduit la fraction de l’azote d’un fertilisant absorbée par les cultures. Il est lié notamment au développement de la plante et de son système racinaire explorant le sol pour absorber efficacement les éléments nutritifs.

L’absorption de l’azote est d’autant plus valorisée que le sol est humide, grâce aux pluies. La valorisation par les pluies est cruciale notamment pour les apports à épi 1 cm (en rouge dans le graphe). Elle est importante au tallage et à la montaison (en orange).

À la fin de la montaison, il est déconseillé de réduire la dose d’azote du dernier apport, d’autant que cet apport tardif a un effet positif sur le taux de protéine du blé. Des outils de pilotage permettent d’ajuster la dose au potentiel de production.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures