Aller au contenu principal

Des aberrations sur la nouvelle CVO selon les trieurs à façon

Avec son nouveau montant et son extension à toutes les céréales, la nouvelle CVO sur les semences montre des anomalies selon le Staff, le syndicat des trieurs à façon.

Président du Staff (syndicat des trieurs à façon de France), Sylvain Ducroquet prend acte de la décision d’augmentation de la CVO sur le blé tendre et de son extension à toutes les céréales à compter de la récolte 2014. « Nous sommes pour le financement de l’innovation variétale quand celle-ci est bien partagée. Mais nous soulevons plusieurs questions, prévient Sylvain Ducroquet. Nous restons vigilants sur l’encadrement du montant de la CVO. Conformément aux textes réglementaires européens, il ne doit pas dépasser 50 % de la royaltie perçue par l’obtenteur sur les semences certifiées. Mais la CVO reste dans les clous », a-t-il calculé. Par contre, le président du Staff note quelques étrangetés dans l’extension de la CVO à toutes les céréales. « Si l’on prend une espèce en grande partie autoconsommée sur l’exploitation agricole comme le triticale, les agriculteurs ne verseront la CVO que sur la récolte livrée, qui correspond à environ 40 % de la production de triticale en France, estime-t-il. Mais tous les agriculteurs devraient toucher les 2,80 euros le quintal de reversements définis dans l’accord, quand ils achètent des semences certifiées. Ce n’est ni plus ni moins qu’une subvention à l’achat de semences certifiées et, selon nos calculs, la collecte de la CVO (NDLR : 0,70 euro/tonne) serait moins importante que la CVO rendue (2,80 euros/quintal). » Sylvain Ducroquet s’étonne que pour le triticale, la CVO ne rapporte rien aux obtenteurs au final.

Des semences de ferme à partir d’hybrides


Par ailleurs, il s’inquiète de la montée en puissance des hybrides en colza. « C’est la fin des lignées en colza et donc de la possibilité de faire des semences de ferme. Car pour les hybrides, cette pratique est interdite par la législation. Nous demandons que les hybrides de colza soient reproductibles et utilisables pour en tirer des semences utilisables par les agriculteurs. Cette pratique est techniquement possible comme l’a d’ailleurs démontré le Cetiom dans un essai. Sur cette demande, nous sommes soutenus par le Copa-Cogeca qui souhaite également une refonte du règlement européen sur ce point. Les hybrides ne sont pas un type variétal durable. Les stocks de semences de ferme restent un recours utile quand surviennent des conditions exceptionnelles nécessitant des ressemis, comme en 2012, où une forte proportion de production de semences avait gelé. Les stations de semences ont dû aller chercher des semences de ferme pour faire face aux besoins des agriculteurs, avec un label de certification qui reste possible (étiquette rouge) lors de conditions exceptionnelles. »
Enfin, Sylvain Ducroquet revient sur la liste des 21 espèces pour lesquelles il est possible de produire des semences de ferme. « Nous demandons une extension de cette liste à des cultures intermédiaires comme la moutarde, la phacélie ou le ray-grass, mais aussi à des plantes riches en protéines comme le soja, le lupin, le sorgho et la lentille. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures