Aller au contenu principal

campagne 2010-2011
Démarrage en fanfare des exportations de blé français

Actuellement seule en lice avec les États-Unis pour alimenter le marché mondial en blé tendre de qualité, la France va enregistrer des exportations records cette année sur pays tiers.

Déjà 3.9 million de tonnes (Mt) de blé français expédiées au 5 novembre depuis juillet 2010 « Le débouché sur pays tiers serait potentiellement de 15 millions de tonnes, mais on ne pourra pas y répondre », a constaté Xavier Rousselin, de FranceAgriMer. L’office a donc placé les exportations sur pays tiers à 11 Mt dans son bilan prévisionnel. Un chiffre qui constituerait déjà un record, bien que reflétant une vision « modérée » aux dires même de FranceAgriMer. Une révision à la hausse en cours de campagne n’est donc pas à exclure. Les ventes à destination de l’Union européenne seraient en revanche en léger repli, à 6,9 Mt.

UNE QUALITÉ IRRÉPROCHABLE

La France bénéficie à plein de la défection de la Russie. Le géant céréalier a suspendu ses exportations de blé jusqu’à la fin de l’année, et devrait prolonger l’embargo jusqu’en juin. Jusqu’à l’arrivée des récoltes de l’hémisphère sud, seules l’Amérique du Nord et l’Europe restent en lice pour alimenter un marché mondial où les besoins sont importants. Dans ce contexte, la France dispose de deux atouts de taille : sa proximité géographique avec les pays à l’achat, majoritairement situés sur le bassin méditerranéen et au Moyen-Orient, et l’excellente qualité de sa récolte. L’Égypte avait déjà acheté 720 000 tonnes de blé tendre français début septembre, plaçant cette origine en première position de ses fournisseurs. Rançon de la gloire, la logistique tricolore peine à suivre. Les infrastructures portuaires tournent à plein régime et sont menacées d’engorgement. Jusqu’aux ports de Caen et des Sables d’Olonne qui participent à l’effort national.

L’ALLEMAGNE HORS-JEU

Avec un différentiel de prix avoisinant 20 euros la tonne entre le blé meunier et le blé fourrager, la France va chercher à valoriser au mieux son avantage qualitatif. Fait inédit, l’Hexagone devrait importer 1,2 Mt de blé fourrager, afin d’accroître son disponible exportable en blé panifiable. Les tonnages proviendraient essentiellement d’Allemagne. Ce pays, réputé pour l’excellence de ses blés, se retrouve avec une récolte largement déclassée en raison de pluies tardives, et doit importer du grain pour sa meunerie. Face à cette tension sur le marché, les fabricants d’aliments vont réduire les incorporations de blé à 4,6 Mt, le niveau le plus bas depuis 1993. C’est 800000 tonnes de moins que l’an passé. La demande se reportera essentiellement sur le maïs (+ 400 000 tonnes) et sur l’orge dans une moindre mesure.

La meunerie ne peut pas jongler de la sorte avec les matières premières. « Le problème n’est pas la disponibilité, mais le prix, précise-ton à l’Association nationale de la meunerie française. Avec une hausse des cours aussi importante, les meuniers seront obligés de la répercuter sur le produit fini. » Une simple « question de survie », pour Jean-Marie Poncey de la Générale des farines, qui souligne « qu’entre la volatilité et le niveau élevé des prix, il est difficile de donner des prix à des clients qui achètent sur de longues périodes, comme la grande distribution ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures