Aller au contenu principal

Demandes à la hausse pour la pomme de terre

Les signaux sont au vert pour les débouchés de la pomme de terre en 2016. Pour les usines de transformation et la féculerie en particulier.

« Les indicateurs sont extrêmement positifs à quatre-cinq ans, avec un débouché supplémentaire de 500 000 tonnes que nous prévoyons, dont 300 000 tonnes sur les trois ans à venir", affirme Arnaud Delacour, président de l’UNPT (1). "Mais la demande de marché peut être très vite saturée, tempère-t-il aussitôt. Il faut y aller progressivement. » Les besoins concernent les marchés de la transformation et de la fécule.

Une production mieux ajustée aux besoins du marché

« Après une année 2014 catastrophique pour le marché du frais, nous avions communiqué en 2015 pour des plantations de variétés ayant des débouchés. Le repli des surfaces en variétés à chair ferme s’est fait au profit des variétés pour l’industrie. Le marché a été mieux équilibré », se réjouit le président de l’UNPT, à propos de la campagne 2015. Le recul des surfaces a été limité, - 2 % sur un an. Près de 119 000 hectares de pomme de terre de conservation ont été plantés en 2015, pour une production en forte baisse (un peu plus de 5 millions de tonnes). « Les conditions climatiques de 2015 ont été le principal modérateur des volumes », souligne Arnaud Delacour. Les prix ont été nettement plus satisfaisants en 2015, comme en témoigne le marché du frais. Ils y étaient compris entre 200 et 400 euros la tonne en fin d’année, contre 10 à 70 euros par tonne en 2014. Concernant l’industrie, les prix de la pomme de terre départ producteurs se situaient entre 90 et 150 euros la tonne fin 2015.

Des demandes d’industriels en Belgique et aux Pays-Bas

Pour 2016, le marché du frais apparaît dynamique avec un certain nombre d’opportunités qui s’ouvrent à l’export. L’euro faible se traduit également par des exportations élevées de produits transformés de l’UE vers les pays tiers. À la France d’y trouver sa place. « Des industriels situés en Belgique et aux Pays-Bas ouvrent des lignes de productions supplémentaires, ce qui va forcément se traduire par une augmentation de leur demande de pommes de terre en France. Les besoins sont également élevés en fécule", souligne Alain Dequeker, secrétaire général de l’UNPT. Il plaide pour une augmentation des capacités de stockage : « La demande a été continue tout au long de la campagne avec même un allongement de celle-ci. L’avenir est au stockage long terme. »

Malgré tout, cette hausse de la demande reste dans la marge de l’aléa climatique : « Dans un contexte agricole général très mauvais, la pomme de terre fait un peu figure d’exception, observe Alain Dequeker. Il y a des velléités à augmenter les surfaces. Mais, les producteurs historiques sont en capacité de répondre à la demande supplémentaire sans devoir chercher de nouveaux producteurs. »


(1) Union nationale des producteurs de pommes de terre

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures