Aller au contenu principal

Demande forte d’Aviko en pommes de terre

Le groupe Aviko est un acteur majeur de la pomme de terre en Europe avec la transformation chaque année d’1,7 million de tonnes en produits frais, surgelés et déshydratés. Chargée de l’achat de pommes de terre pour les usines du groupe, Aviko Potato annonce le doublement du volume à acheter dans le Nord de la France et le Sud de la Belgique, en raison de la forte augmentation des ventes de frites au niveau mondial. Une association de producteurs Aviko vient de se créer en France pour organiser l’augmentation de la production demandée et pour négocier les contrats avec le groupe. Le premier conseil d’administration est composé des producteurs Alain Dequeker, Patrick Vanbockstael, Jacques Lebrun, Hubert Darras, Dominique Rimette et Jean-Yves Gruson.

Sapec vendu à un fonds d’investissements

Début novembre, la société Sapec a conclu un accord sur la vente de son pôle Agro Business au fonds d’investissement Bridgepoint. L’opération a porté sur 456 millions d’euros. La transaction concerne les entreprises Sapec Agro spécialisée dans les produits phytosanitaires génériques et Tradecorp International sur les fertilisants. Sapec Portugal SGPS détenait 100 % de ces entités. « Le portefeuille de Bridgepoint Investment inclut des sociétés de premier plan sur leurs segments de marché pour en favoriser leur croissance et leur réussite à long terme », se veut rassurante la société Sapec dans un communiqué. Bien implanté dans la péninsule ibérique, Sapec Agro a investi le marché français en 2010 et a créé sa propre filiale hexagonale en 2015. Elle affiche un portefeuille de 60 produits phytosanitaires. En Europe, le chiffre d’affaires de Sapec Agro Business était de 223 millions d’euros en 2015.

Monsanto se réorganise

Monsanto entend garder sa place d’acteur majeur du marché de l’agrofourniture en France. La société se restructure autour de trois divisions commerciales. La division Protection des cultures est dirigée par Stéphane Forest et comprend 14 personnes. Elle concerne essentiellement les ventes de produits herbicides à base de glyphosate et le traitement de semences Latitude. Une extension future de l’offre est prévue avec des produits de biocontrôle. La division Semences de grandes cultures se rapporte aux espèces colza et maïs (marque Dekalb). Tiago Costa est son directeur avec près de 60 personnes sous sa responsabilité. La troisième division est dédiée aux semences potagères (marques Seminis et de Ruiter).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures