Aller au contenu principal

Dégâts d'oiseaux : "L’étalement urbain est favorable aux pigeons et corvidés"

François Chiron est enseignant chercheur à AgroParisTech, rattaché au laboratoire d’écologie de l’université Paris Sud. Il étudie plus particulièrement le pigeon ramier et livre son point de vue sur la façon de gérer cet oiseau dans les cultures.

François Chiron, AgroParisTech : " il manque les données d’occupation" concernant les pigeons ramiers.
© AgroParisTech

Que connaissons-nous des oiseaux et en particulier du pigeon ramier, en fort développement ces dernières années ?

C’est une espèce très banale mais peu connue. Nous avons les données de populations en France grâce aux suivis Stoc et de l’ONCFS. Mais il manque les données d’occupation, à savoir les facteurs qui influencent le plus les populations à une échelle paysagère.

Quels éléments de connaissance pourraient être utiles pour une gestion des populations en milieu agricole ?

Nous avons besoin de comprendre la dynamique démographique et spatiale des populations. Cela signifie de déterminer comment le pigeon effectue sa recherche alimentaire, voir s’il a un comportement social lui permettant de trouver plus rapidement une ressource fluctuante dans le temps, vérifier s’il y a un effet de mémoire qui permet à l’oiseau de revenir de façon récurrente sur un même site, déterminer s’il y a une sélection alimentaire vers des cultures plus énergétiques que d’autres… Tout cela, nous ne le connaissons pas avec précision.

Il y a quand même quelques données comportementales connues chez le pigeon ramier…

Oui. En Angleterre, on a pu corréler le développement de la culture du colza avec le maintien des populations de ramier en période hivernale, ce qui a engendré une forte augmentation des populations derrière. En France, une étude de l’ONCFS avec des ramiers munis de balise a permis de voir que les pigeons du jardin du Luxembourg dans le centre de Paris allaient s’alimenter sur le plateau agricole de Saclay, quelques dizaines de kilomètres au sud. Il y a manifestement une interaction entre l’environnement urbain et celui agricole pour des espèces généralistes comme les pigeons et les corvidés. Les effets de l’étalement urbain sont favorables à ces espèces qui y trouvent le logis alors que les parcelles agricoles de proximité sont leurs garde-manger.

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures