Aller au contenu principal

FONGICIDES CEREALES
De nouvelles molécules performantes

Pour le printemps 2012, de nombreux fongicides arrivent sur le marché. L’innovation vient de nouvelles molécules et de formulations originales. La performance sur les maladies foliaires des céréales et les rendements est indéniable. Mais attention à une utilisation irraisonnée de ces produits qui pourrait tuer le progrès dans l’oeuf.

Pour commencer l’année 2012 sur de bonnes bases, le producteur de céréales voit arriver foison de nouveautés dans les fongicides céréales.De nouvelles molécules font leur entrée dans la petite famille des carboxamides appelées également les SDHI, pour leur inhibition de la succinate déshydrogénase. Il n’y avait jusqu’à présent que le boscalid dans ce groupe chimique sur céréales. La molécule a fait des petits avec le fluxapyroxad (ou Xemium) de BASF, le bixafen de Bayer et le sédaxane de Syngenta réservé au traitement de semences. Sans compter que BASF propose de nouvelles formulations de ses illustres Opus et Bell.Après ces homologations programmées pour les utilisations en 2012, d’autres SDHI suivront, en provenance des grands groupes agrochimiques.

Dans ce concert d’innovations, il est bon de garder à l’esprit que toute nouvelle molécule est jaugée sur son aptitude à résister aux diverses souches de champignons. Si les SDHI devaient être inopérantes en quelques années comme cela a été le cas pour les strobilurines vis-àvis de la septoriose, ce serait navrant.Or, SDHI et strobilurines se ressemblent sur plus d’un point.Arvalis met en garde sur l’utilisation des nouveaux fongicides en déconseillant plus d’une application par saison de ces carboxamides.

Le message a du mal à passer chez les firmes et aussi certains distributeurs. Le risque de résistance de la septoriose est réel. Sans parler d’effets physiologiques, les nouveaux fongicides lavent plus verts. Ils font gagner en efficacité sur les principales maladies foliaires des blés et des orges, et surtout en rendement, comme le prouvent les résultats des divers essais. Les gains significatifs se remarquent particulièrement avec les pleines doses des produits.Mais dans ce cas, il faut compter dans les cent euros de l’hectare. La qualité se paye, y compris en fongicides céréales. À des doses plus faibles, ces produits haut de gamme restent très performants. La vaste panoplie fongicide permet de bâtir des programmes associant divers produits dont les nouvelles SDHI à des doses raisonnables pour le portefeuille. En outre, le choix adéquat des variétés de blés et d’orges et des pratiques culturales appropriées réduisent la pression parasitaire tout autant que la facture fongicide. La pilule passe mieux ainsi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures