Aller au contenu principal

De nouveaux savoir-faire en prestation

Selon le dernier recensement agricole de 2010, 12 % des exploitations exercent une activité para-agricole pour compléter leurs revenus. Parmi celles-ci, 30 % ont choisi de développer le travail à façon, une proportion en progression depuis 2000. Un moyen pour elles de rentabiliser les investissements engagés sur les machines et/ou de pérenniser le travail sur l’année.

Le fait est qu'une demande de plus en plus importante existe sur le terrain. Maîtriser à la fois la PAC, l’électronique embarquée, les marchés ou l’agronomie relève du casse-tête et certains producteurs sont prêts à faire appel à un prestataire pour les soulager en partie. Ils peuvent être éleveurs, double actifs ou proches de la retraite… Leurs profils sont variés. Mais ils ont souvent un point commun : rechercher plus qu’une simple exécution de travaux.

Les nouvelles prestations qui « marchent » comprennent un raisonnement à l’échelle de l’itinéraire, donnent accès à des nouvelles techniques… Et incluent la gestion de toute « la paperasse ». Autant d’opportunités à saisir pour ceux qui veulent se lancer dans cette forme de diversification.

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Grandes Cultures d'octobre 2015.

Au sommaire :

p. 26 - Des itinéraires techniques entièrement pris en charge avec Jean-Michel Zatwarnicki dans l'Aisne

p. 28 - Une diversification juridiquement très encadrée - Le Recours aux services d'une entreprise en quatre points

p. 29 - " Nous apportons le couple homme-machine " selon Jean-Marie Lefort, vice président de la FNEDT

p. 30 - Des techniques simplifiées testées et approuvées avec Fabien Driat dans l'Aube

p. 32 - Moduler les apports d'azote à l'intérieur des parcelles avec Jean Fumery dans les Yvelines

p. 34 - Une rémunération fonction des rendements et des prix chez Christophe Parent dans l'Yonne

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures