Aller au contenu principal

L´Australie
De la canne à sucre sous les tropiques

Dans le Nord-Est de l´Australie, nous avons la forêt tropicale, les plages et ses cocotiers, les pluies abondantes, des sols profonds... Cette nature généreuse fait la richesse de quelques agriculteurs. Exemple sur la canne à sucre.


L´île continent connaît une climatologie variée : désert au centre, climat tempéré au Sud-Est, de type méditerranéen plus à l´Ouest et tropical au Nord-Est. C´est dans cette dernière zone (État du Queensland) que l´Australie produit de la canne à sucre. A l´exemple de l´exploitation de Dennis et Mary-Ann Salvetti située sur une zone de plateau, les « Atherton Tablelands », à l´Ouest de la ville de Cairns. « Sur les 630 hectares, nous en comptons 160 de canne à sucre, décrit Mary-Ann Salvetti. Nous bénéficions de sols très riches d´origine volcanique. On peut quasiment tout y faire pousser. Le prix des terres est élevé, de l´ordre de 12 000 dollars l´acre (17250 euros/ha). » En comparaison, de la terre à blé à l´ouest de l´État de Nouvelle-Galles du Sud est tombée à 100-200 dollars l´acre (144 à 288 euros/ha).
De couleur rouge, les sols des Atherton Tablelands ont une profondeur de quelques mètres. La région est arrosée : plus de 1500 mm par an. Mais pas encore suffisant et trop irrégulier pour la canne à sucre. La culture est irriguée avec des rampes.
Quelques indications de Mary-Ann Salvetti sur le mode de culture : « Nous plantons d´abord des cannes à raison d´un acre (0,40 ha) à l´heure. Il faut attendre un an pour arriver à un optimum de richesse en sucre. La culture reste en place trois années pour trois récoltes puis est arrachée. »
©C.Gloria

Des sols profonds et riches (ici des terres rouges volcaniques),
une chaleur tropicale et des besoins optimum de 2500 mm d´eau par an : la canne à sucre n´a manifestement pas les mêmes besoins que notre betterave nationale.

De 120 à 140 tonnes de canne à sucre à l´hectare
Le rendement est compris entre 120 et 140 tonnes à l´hectare avec une richesse en sucre de 13 à 14 %. « En 2001, nous avons été payés 350 dollars la tonne de sucre (204 euros) mais en 2002, le prix a été fixé à 280 dollars (163 euros). » Les Salvetti ont également une production importante de mangues, d´arachides et de diverses plantes fourragères pour la récolte de semences très rémunératrices. « C´est ce qui nous rapporte le plus : 2500 dollars (1454 euros) à l´hectare en moyenne et jusqu´à 5 à 6000 dollars (2900 à 3500 euros) ! ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures