Aller au contenu principal
Font Size

De bons rendements en maïs mais pas de prix

La campagne 2016/2017 s’achève en maïs sur de belles performances en volumes mais les prix ne suivent pas, plombés par une offre mondiale importante.

Très rares sont les rendements inférieurs à 95 q/ha, y compris en non irrigué.
© S. Leitenberger

Des hectares en moins mais du rendement en plus : selon Arvalis, la production française de maïs grain monterait finalement à 13,9 Mt contre 12,3 Mt en 2016. La baisse des surfaces de 5 % n'a pas eu de conséquence. « Il y a très peu de rendements en cultures pluviales inférieurs à 95 q/ha, a expliqué Gilles Espagnol, Arvalis, en conférence de presse à Paris le 7 novembre. Les pluies sont arrivées à des périodes clés, ce qui a permis de constituer de bons rendements, même en situations non irriguées ». De 103 q/ha en moyenne, le rendement a grimpé de 15 % par rapport à 2016 et de 9 % par rapport à la moyenne quinquennale. problème : « les prix du complexe céréalier sont sous pression », a relevé Matthieu Caldumbide, directeur adjoint de l’AGPM (producteurs de maïs). Et les revenus des producteurs aussi : pour l'AGPM, le prix en cultures voisinerait les 135 euros/t contre 145 euros/t en 2016. "La baisse des prix vient consommer la baisse des rendements, a expliqué le responsable. Le chiffre d'affaires progresserait autour de 5 % seulement".

Des importations qui augmentent en Europe

Il faut dire que les volumes sont au rendez-vous partout ou presque. Le Brésil a exporté 16 Mt de maïs, tandis que les États-Unis s'attendent à un rendement moyen proche de 109 q/ha. En mer Noire, la présence russe occulte quasiment la baisse de production en Ukraine. Résultat, malgré le déclenchement des droits de douane destinés à protéger les prix de l'Union, l’Europe augmente ses importations : « sur les quatre premiers mois de la campagne, les importations pays tiers ont progressé de 72 % », a souligné Matthieu Caldumbide. L’AGPM voit d’un mauvais œil l’entrée en vigueur à partir du 1er janvier prochain du nouveau contingent de 625 000 tonnes de maïs à droit zéro en provenance d’Ukraine. « C’est rajouter de la crise à la crise », a souligné Matthieu Caldumbide. Et le syndicat redoute une nouvelle ouverture du marché européen dans le cadre des négociations avec le Mercosur. « Il y a un dispositif de gestion des crises à inventer post-2020 », a estimé le responsable. En tout cas pour le moment, ce sont « les quintaux sans les prix », comme l’a résumé Anne-Claire Vial, vice-présidente de l’AGPM.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures