Aller au contenu principal

« Dans les mois à venir, il va y avoir du tri »

Pour Christian Germain, enseignant spécialisé dans le traitement des images à Bordeaux Sciences Agro et professeur titulaire de la toute nouvelle chaire AgroTIC (numérique), les capteurs connectés ont un avenir en grandes cultures… Mais pas partout ni pour tout.

Quels types d’informations peuvent fournir les capteurs ?

En grandes cultures, la météo constitue aujourd'hui le premier champ d'application des capteurs connectés. Les stations s’inspirent fortement des modèles grand public que peut proposer pour le loisir une société comme Oregon Scientific, par exemple. Pour d'autres productions, on commence à trouver des pièges connectés, qui fonctionnent avec de petits capteurs de sons ou d’images. Mais dans cette dernière catégorie en particulier, il reste encore beaucoup de choses à inventer.

Aujourd’hui, l’analyse d’images sert surtout en grandes cultures à évaluer l’état de la végétation, une donnée corrélée au statut azoté de la plante. Que pourrait-on faire d’autres ?

De fait, ce que l’on sait bien mesurer aujourd’hui, c’est une vigueur, un indice de végétation. En dehors de l’azote, cela pourrait déboucher sur des prévisions de rendement. Mais envisager la détection précoce de maladies grâce à des capteurs spectraux ou hyperspectraux, ça reste du domaine de la recherche. Aujourd’hui, il est possible de détecter des symptômes mais pas des maladies. De même, on aimerait donner le statut hydrique des plantes grâce à une caméra infrarouge thermique, qui n’est plus si cher que cela. Mais c’est extrêmement complexe : à chaque léger courant d’air, la température du couvert change de 2 à 3 °C. Une mesure instantanée peut paraître aléatoire car elle dépend de nombreux paramètres. Il faut se poser, mais cela devient alors beaucoup plus compliqué.

À votre avis, le potentiel de ces capteurs connectés est-il vraiment très important ?

Quand une nouvelle technologie arrive, c’est à chaque fois la même chose. On passe d’abord par la partie montante de la « courbe du hype », qui correspond à une progression exponentielle des attentes jusqu’à un pic. Elle est suivie par une période de déception puis une stabilisation à un niveau intermédiaire, correspondant aux utilisations réellement efficaces de la technologie. Pour l’instant, concernant les capteurs connectés, on monte vers le pic… Un pic que l’on a déjà bien redescendu, par exemple, si l’on évoque les drones. Les capteurs connectés constituent une technologie prometteuse, mais dans les mois qui viennent, il va y avoir du tri.

Les capteurs fixes, qui recueillent essentiellement des données météo aujourd'hui, ont-ils selon vous un véritable avenir en grandes cultures ?

Nous nous heurtons à une vraie difficulté : ils peuvent être facilement détruits lors d’intervention aux champs. Il faut donc les déporter un peu, en bordure de champ ou sur un pivot d’irrigation, par exemple. Si les capteurs sont embarqués, certains problèmes sont résolus, dont celui de la consommation électrique. L’information peut être stockée puis recueillie a posteriori. Quel que soit le type de capteur, fixe ou mobile, le problème tient ensuite dans l’interopérabilité des systèmes, qui n’est pas évidente car les concepteurs de capteurs souhaitent aujourd’hui recueillir les infos des autres sans donner les leurs. Le frein n’est pas technologique : un logiciel de cartographie de parcelles peut aujourd’hui recevoir des informations de n’importe quelle source sous réserve qu’elles soient au bon format. Les normes sont implantées dans les logiciels, les opérateurs sont prêts à accueillir des données externes, mais ils sont rarement disposés à partager leurs données avec d'autres plateformes, qui de ce fait se multiplient. L’agriculteur devrait pouvoir choisir son logiciel de traitement de données indépendamment de celui qui lui fournit ces données.

"L’agriculteur devrait pouvoir choisir son logiciel de traitement de données indépendamment de celui qui lui fournit ces données"

30 millions d'euros pour une recherche collaborative

Nom de code : IOF2020, pour Internet of food and farm 2020. Ce grand projet financé à hauteur de 30 millions d'euros sur quatre ans par l'Union européenne vient de commencer au 1er janvier 2017. Coordonné par l'université de Wageningen, aux Pays-Bas, il regroupe 73 organisations (entreprises, instituts techniques, universités...) provenant de 16 pays différents. Le but est de favoriser le développement à grande échelle de l'internet des objets dans le monde agricole et agroalimentaire. Cinq domaines d'applications sont visés, dont les grandes cultures.

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
Gagner plus en travaillant moins : le collectif gagnant de trois agriculteurs
Trois agriculteurs unissent leurs moyens et leur énergie pour développer leur activité. Le groupement d’employeurs qu’ils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures