Aller au contenu principal

« Dans les mois à venir, il va y avoir du tri »

Pour Christian Germain, enseignant spécialisé dans le traitement des images à Bordeaux Sciences Agro et professeur titulaire de la toute nouvelle chaire AgroTIC (numérique), les capteurs connectés ont un avenir en grandes cultures… Mais pas partout ni pour tout.

Quels types d’informations peuvent fournir les capteurs ?

En grandes cultures, la météo constitue aujourd'hui le premier champ d'application des capteurs connectés. Les stations s’inspirent fortement des modèles grand public que peut proposer pour le loisir une société comme Oregon Scientific, par exemple. Pour d'autres productions, on commence à trouver des pièges connectés, qui fonctionnent avec de petits capteurs de sons ou d’images. Mais dans cette dernière catégorie en particulier, il reste encore beaucoup de choses à inventer.

Aujourd’hui, l’analyse d’images sert surtout en grandes cultures à évaluer l’état de la végétation, une donnée corrélée au statut azoté de la plante. Que pourrait-on faire d’autres ?

De fait, ce que l’on sait bien mesurer aujourd’hui, c’est une vigueur, un indice de végétation. En dehors de l’azote, cela pourrait déboucher sur des prévisions de rendement. Mais envisager la détection précoce de maladies grâce à des capteurs spectraux ou hyperspectraux, ça reste du domaine de la recherche. Aujourd’hui, il est possible de détecter des symptômes mais pas des maladies. De même, on aimerait donner le statut hydrique des plantes grâce à une caméra infrarouge thermique, qui n’est plus si cher que cela. Mais c’est extrêmement complexe : à chaque léger courant d’air, la température du couvert change de 2 à 3 °C. Une mesure instantanée peut paraître aléatoire car elle dépend de nombreux paramètres. Il faut se poser, mais cela devient alors beaucoup plus compliqué.

À votre avis, le potentiel de ces capteurs connectés est-il vraiment très important ?

Quand une nouvelle technologie arrive, c’est à chaque fois la même chose. On passe d’abord par la partie montante de la « courbe du hype », qui correspond à une progression exponentielle des attentes jusqu’à un pic. Elle est suivie par une période de déception puis une stabilisation à un niveau intermédiaire, correspondant aux utilisations réellement efficaces de la technologie. Pour l’instant, concernant les capteurs connectés, on monte vers le pic… Un pic que l’on a déjà bien redescendu, par exemple, si l’on évoque les drones. Les capteurs connectés constituent une technologie prometteuse, mais dans les mois qui viennent, il va y avoir du tri.

Les capteurs fixes, qui recueillent essentiellement des données météo aujourd'hui, ont-ils selon vous un véritable avenir en grandes cultures ?

Nous nous heurtons à une vraie difficulté : ils peuvent être facilement détruits lors d’intervention aux champs. Il faut donc les déporter un peu, en bordure de champ ou sur un pivot d’irrigation, par exemple. Si les capteurs sont embarqués, certains problèmes sont résolus, dont celui de la consommation électrique. L’information peut être stockée puis recueillie a posteriori. Quel que soit le type de capteur, fixe ou mobile, le problème tient ensuite dans l’interopérabilité des systèmes, qui n’est pas évidente car les concepteurs de capteurs souhaitent aujourd’hui recueillir les infos des autres sans donner les leurs. Le frein n’est pas technologique : un logiciel de cartographie de parcelles peut aujourd’hui recevoir des informations de n’importe quelle source sous réserve qu’elles soient au bon format. Les normes sont implantées dans les logiciels, les opérateurs sont prêts à accueillir des données externes, mais ils sont rarement disposés à partager leurs données avec d'autres plateformes, qui de ce fait se multiplient. L’agriculteur devrait pouvoir choisir son logiciel de traitement de données indépendamment de celui qui lui fournit ces données.

"L’agriculteur devrait pouvoir choisir son logiciel de traitement de données indépendamment de celui qui lui fournit ces données"

30 millions d'euros pour une recherche collaborative

Nom de code : IOF2020, pour Internet of food and farm 2020. Ce grand projet financé à hauteur de 30 millions d'euros sur quatre ans par l'Union européenne vient de commencer au 1er janvier 2017. Coordonné par l'université de Wageningen, aux Pays-Bas, il regroupe 73 organisations (entreprises, instituts techniques, universités...) provenant de 16 pays différents. Le but est de favoriser le développement à grande échelle de l'internet des objets dans le monde agricole et agroalimentaire. Cinq domaines d'applications sont visés, dont les grandes cultures.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Combiné à d'autres leviers, les techniques de travail du sol simplifié permettent aux producteurs de colza et de tournesol de bénéficier d'un bonus substantiel. © Orthman
Bas carbone : des efforts désormais valorisés en grandes cultures
Colza, tournesol, orge, maïs : les filières végétales se lancent sur le marché du carbone pour générer de la valeur ajoutée. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures