Aller au contenu principal
Font Size

Dans le Gers, des agriculteurs partenaires des instances départementales pour planter des haies

Une association d'agriculteurs d'Auradé, commune proche de l'agglomération toulousaine, travaille en partenariat technique et financier avec les instances départementales du Gers.

En choisissant de travailler en concertation avec le conseil général du Gers, la fédération départementale des chasseurs et l’association Arbre et Paysage 32, les agriculteurs du groupement des agriculteurs de la Gascogne toulousaine (GAGT) se sont dotés des moyens pour mener à bien la technique culturale de la plantation de haies et la maîtrise du coût d’investissement.

La technique est simple. Les jeunes pousses sont plantées sur un paillage biodégradable déroulé mécaniquement. Ce procédé évite l’arrosage. Le suivi des plantations est animé par un technicien d’Arbre et Paysage 32 et organisé sous forme de corvées. « Il faut environ quinze personnes sur une demi-journée pour planter un kilomètre et demi de haies », précise Pierre Loubens. Les plants sont garantis trois ans incluant une formation à la taille pour l’agriculteur. « Une nouvelle haie est toujours un modèle unique, souvent personnalisée par les choix du planteur, plus arbustive ou plus fruitière, selon ses goûts et sa destination », indique le responsable.

Une bonne dose de subventions

Après les premières tailles manuelles, l’entretien s’effectue généralement à l’épareuse ou au lamier afin de conserver le volume et la hauteur définie pour la haie. Reste l’argument du prix. « C’est peut-être en ce moment qu’il faut planter », signale Arnaud Augier. La totalité des subventions allouées par le conseil général et la fédération des chasseurs représente 70 % du prix de revient au mètre linéaire, qui est de 4,45 euros. La part pour l’agriculteur s’établit à 1,35 euro du mètre, si toutefois elle n’est pas prise en charge par la commune concernée dans son plan d’aménagement. Il restera dans ce cas à l’agriculteur simplement à organiser le chantier de plantation en fournissant la main-d’œuvre.

Voir aussi article "Quand les haies deviennent outil de communication".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures