Aller au contenu principal

Cultivez le numérique !

L’agriculture numérique à l’échelle de la ferme se traduit aujourd’hui par la modulation intraparcellaire de certains intrants, autrement dit c'est une agriculture de précision de pointe. C’est encore peu au regard de ce que laissent entrevoir les progrès sur les capteurs ou le traitement des flux de données.

Demain, l’évaluation des risques en temps réel pourrait devenir une réalité, des équipements connectés travailleront peut-être tout seuls, des robots autonomes déchargeront l’agriculteur de taches répétitives… Mais demain seulement.

Pour l’instant, l’agriculture numérique est en train de se construire, comme en témoigne l’émergence de startups ou la recherche de logique plus collaborative en ce qui concerne la collecte et le traitement des données. Ce n’est pas sans poser de questions, notamment autour de la propriété des données et de la place de l’agriculteur. Pistes de réflexion.

Pour en savoir plus

voir dossier de Réussir Grandes Cultures de décembre 2015. RGC n°297, p. 24 à 40.

Au sommaire :

p. 26 - Les données du sol à la base de la modélisation. Chez Fabien Castel dans l'Eure.

p. 28 - Des data valorisables à toutes les étapes de l'itinéraire. En images.

p. 30 - Un grand flou sur la propriété des informations. Casse-tête juridique.

p. 34 - Les data renouvellent les façons d'innover. Emergence de startups.

p. 35 - Optimiser l'irrigation avec la modélisation et les capteurs.

p. 36 - Les data "temps réel" au service des apports azotés. Smart Agriculture System.

p. 38 - Aux Etats-Unis, les données mieux compilées. Nouveaux services.

p. 40 - Des petits outils autonomes opérant en essaim. Jean-Marc Bournigal, Irstea.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures