Aller au contenu principal

TRAITEMENT DE SEMENCES
CRUISER OSR INTERDIT SUR COLZA

Stéphane Le Foll a interdit l'utilisation et la mise sur le marché des semences de colza traitées avec du thiametoxam. Les démarches de Syngenta pour contester la décision ont été vaines.

Le ministre de l'Agriculture a publié le 26 juillet 2012 au journal officiel un arrêté portant interdiction de toute mise sur le marché et utilisation de semences de crucifères oléagineuses (colza, moutarde, navette, cameline) traitées avec des produits contenant du thiametoxam.

Cette décision fait suite à la publication d'une étude de chercheurs de l'Inra et de l'Acta qui avait démontré un effet du thiamethoxam sur le comportement des abeilles. L'Anses a émis un avis à la demande du ministère. L'agence confirme « l'effet néfaste observé d'une dose sublétale du produit sur le retour à la ruche des abeilles butineuses ».


LES CARENCES DE L'EXPÉRIENCE


Mais pour Syngenta, cette dose d'étude est éloignée des réalités du terrain. « Le niveau d'exposition (1,34 ng de thiamethoxam par abeille) est supérieur à l'exposition habituelle du terrain qui est de l'ordre de 0,1 à 0,3 ng, confirme Marc Mortureux, directeur général de l'Anses. Mais beaucoup de paramètres interviennent et on ne peut exclure que l'abeille puisse être exposée à une concentration de l'ordre du nanogramme. » La Commission européenne a également été saisie de la nouvelle étude.


Syngenta a transmis au ministère de l'Agriculture un courrier le 15 juin reprenant certains points émis dans l'avis de l'Anses. Outre la remise en cause de la dose d'étude du thiamethoxam sur les abeilles, Syngenta pointe du doigt l'analyse statistique inappropriée qui a été faite des résultats des chercheurs, relevée par l'Anses elle-même. La société met en avant « les nombreuses carences de l'expérience ». Cruiser OSR a été utilisé sur 650 000 hectares de colza en 2011 dès sa première année de commercialisation.


le 27 juillet, le Tribunal administratif de Versailles a rejeté la requête faite par la firme demandant la suspension de la décision du ministre de retirer l'autorisation du Cruiser OSR. Syngenta se dit "extrêmement déçu" de cette décision "en dépit des nombreuses preuves scientifiques qui démontrent l'absence de risques pour la santé des abeilles". Selon Syngenta, son retrait se traduit par une perte économique de 200 millions d'euros pour les producteurs français pour la prochaine campagne, mais "un impact financier relativement limité pour Syngenta en comparaison de celui pour chaque agriculteur et la filière".

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures