Aller au contenu principal

TRAITEMENT DE SEMENCES
CRUISER OSR INTERDIT SUR COLZA

Stéphane Le Foll a interdit l'utilisation et la mise sur le marché des semences de colza traitées avec du thiametoxam. Les démarches de Syngenta pour contester la décision ont été vaines.

Le ministre de l'Agriculture a publié le 26 juillet 2012 au journal officiel un arrêté portant interdiction de toute mise sur le marché et utilisation de semences de crucifères oléagineuses (colza, moutarde, navette, cameline) traitées avec des produits contenant du thiametoxam.

Cette décision fait suite à la publication d'une étude de chercheurs de l'Inra et de l'Acta qui avait démontré un effet du thiamethoxam sur le comportement des abeilles. L'Anses a émis un avis à la demande du ministère. L'agence confirme « l'effet néfaste observé d'une dose sublétale du produit sur le retour à la ruche des abeilles butineuses ».


LES CARENCES DE L'EXPÉRIENCE


Mais pour Syngenta, cette dose d'étude est éloignée des réalités du terrain. « Le niveau d'exposition (1,34 ng de thiamethoxam par abeille) est supérieur à l'exposition habituelle du terrain qui est de l'ordre de 0,1 à 0,3 ng, confirme Marc Mortureux, directeur général de l'Anses. Mais beaucoup de paramètres interviennent et on ne peut exclure que l'abeille puisse être exposée à une concentration de l'ordre du nanogramme. » La Commission européenne a également été saisie de la nouvelle étude.


Syngenta a transmis au ministère de l'Agriculture un courrier le 15 juin reprenant certains points émis dans l'avis de l'Anses. Outre la remise en cause de la dose d'étude du thiamethoxam sur les abeilles, Syngenta pointe du doigt l'analyse statistique inappropriée qui a été faite des résultats des chercheurs, relevée par l'Anses elle-même. La société met en avant « les nombreuses carences de l'expérience ». Cruiser OSR a été utilisé sur 650 000 hectares de colza en 2011 dès sa première année de commercialisation.


le 27 juillet, le Tribunal administratif de Versailles a rejeté la requête faite par la firme demandant la suspension de la décision du ministre de retirer l'autorisation du Cruiser OSR. Syngenta se dit "extrêmement déçu" de cette décision "en dépit des nombreuses preuves scientifiques qui démontrent l'absence de risques pour la santé des abeilles". Selon Syngenta, son retrait se traduit par une perte économique de 200 millions d'euros pour les producteurs français pour la prochaine campagne, mais "un impact financier relativement limité pour Syngenta en comparaison de celui pour chaque agriculteur et la filière".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures