Aller au contenu principal
Font Size

[Editorial] Crise du coronavirus : un moment de rupture pour l'agriculture ?

À l’heure d’écrire ces lignes, le monde retient son souffle. L’irruption du coronavirus plonge l’ensemble de la planète dans l’inconnu. Les premiers effets se font sentir : emballement du nombre de malades, effondrement des bourses mondiales, ruée sur les biens de première nécessité… En face, les gouvernants instaurent en ordre dispersé des mesures destinées à ralentir la propagation du virus et à en limiter l’impact.

Après une première phase de déni — le coronavirus a été comparé à une « grippette » — est venu le temps de l’action, mais aussi du questionnement. Faut-il radicalement changer les règles de la mondialisation ? La baisse brutale d’activité en Chine a fait chuter drastiquement la pollution : quel enseignement en tirer ?

Par-delà les effets destructeurs, une crise est un moment de rupture qui interroge sur ce qui jusque-là allait de soi. C’est une phase difficile, mais qui offre un effet de levier pour faire bouger des choses considérées comme inébranlables. N’en va-t-il pas de même avec la crise que traverse l’agriculture ? Remise en cause d’un mode de production basé sur la chimie, montée en puissance du bio, nouvelles attentes sociétales… La remise en cause est violente, parfois caricaturale. Elle génère aussi un impressionnant dynamisme dans la recherche de nouvelles solutions. Le dossier sur le désherbage mécanique de précision, publié dans le numéro d'avril de notre revue, en est une illustration concrète : les choses bougent, et vite !

Pendant la crise pétrolière de 1973, la France « n’avait pas de pétrole, mais avait des idées »… bien vite rangées dans les tiroirs une fois le prix du pétrole reparti à la baisse. Les questions soulevées par les crises actuelles déboucheront-elles sur des changements profonds ? « Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner notre cadre de vie à d’autres est une folie », a déclaré le président Macron au cours de son allocution du 12 mars. Chiche ?

« Une crise est un moment de rupture qui interroge sur ce qui jusque-là allait de soi »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures