Aller au contenu principal

" Créons une dynamique autour du canal Seine-Nord Europe " propose le président d’Euro Seine

Le projet de creusement d’un canal entre Compiègne et Cambrai vient d’être relancé. Une réelle opportunité pour la filière céréalière française. Interview de Jacques de Villeneuve, président d’Euro Seine.

Le projet du canal Seine-Nord Europe semble être remis à flot. Que s’est-il passé ?
Ce projet a couru un risque maximum dans l’été 2012, après l’élection de François Hollande. Le canal Seine-Nord Europe visant à créer un canal grand gabarit de 106 kilomètres, afin de relier le canal Dunkerque-Escaut à l’Oise, était porté par Nicolas Sarkozy. Son financement avait été imaginé dans le cadre d’un partenariat public-privé, modèle remis en cause par le gouvernement. De plus, certains lobbies au sein de la haute administration étaient opposés à ce projet. D’où un rapport de l’Inspection générale des finances et du Conseil général de l’environnement fin 2013 qui estimait le coût du projet à 6 ou 7 milliards d’euros et préconisait de le reporter purement et simplement à une période économique plus faste. Heureusement, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a commandé un nouveau rapport avant de trancher.

 


Ce rapport lui est plus favorable ?


Tout à fait. C’est le député-maire de Maubeuge, Rémi Pauvros, qui a été chargé d’une mission de reconfiguration du canal, après une large consultation des filières concernées. Le transport fluvial étant peu développé en France, le monde économique n’imagine pas toujours quel pourrait être l’intérêt d’un nouveau canal sur leur activité. On n’a pas encore pris conscience de la révolution du transport en conteneurs dans lequel on peut mettre de tout, y compris du grain, le poser sur tous les moyens de transport – bateau, péniche, train, camion – en les combinant, et lui faire traverser la planète pour un moindre coût et une empreinte carbone quasi nulle.

 


Avez-vous retrouvé un appui des pouvoirs publics ?


Mieux que cela, un appui de l’Union européenne qui est engagée dans la création d’un réseau transeuropéen des transports. La liaison Seine-Escaut fait partie des cinq projets prioritaires. Alors qu’en 2004, au moment du premier plan de financement, l’Europe n’intervenait qu’à hauteur de 6 %, celle-ci est aujourd’hui susceptible d’apporter 40 % du budget, sur un total de 4,5 milliards d’euros environ.


Quel est l’enjeu pour la filière céréalière ?


L’ouverture de ce canal va modifier en profondeur la géographie logistique de notre filière vis-à-vis du port de Rouen. Au niveau des coopératives de la grande région et avec Sénalia et InVivo, nous avons vite compris que notre intérêt était de nous mutualiser, dans le cadre d’une union appelée Euro Seine, pour créer une plateforme multimodale. Celle-ci sera située à Languevoisin, à mi-chemin entre Anvers et Rouen. Elle sera suffisamment isolée pour éviter les nuisances de riverains, et connectée aux différents moyens de transport ainsi qu’à la plateforme multimodale industrielle de Nesle.


Une telle plateforme est-elle rentable pour transporter du grain ?


Le port fluvial céréalier que nous voulons construire va aussi servir à transporter des engrais, du sel de déneigement, des pulpes de betteraves, des granulats ou encore de la biomasse. On ne construit pas un canal uni-quement pour des produits pondéreux. Il faudra aussi développer des solutions logistiques pour les autres secteurs économiques, afin de créer une dynamique économique le long du canal. Tout reste à inventer.

La connexion des canaux à grand gabarit au port d’Anvers, n’est-ce pas une concurrence pour le port de Rouen ?


Si, au départ, ce projet de canal a pu être perçu comme une menace pour Rouen, le port y voit aujourd’hui l’opportunité d’élargir son hinterland vers l’est de la Somme, le nord de l’Aisne et même jusque dans la Marne. Ces régions pourront participer au marché export et faire venir plus facilement leurs engrais.


Quand ce canal va-t-il être opérationnel ?


Le démarrage des travaux est prévu pour 2015-2016 et l’ouverture entre 2021 et 2023. Cela nous laisse une dizaine d’années pour réunir des moyens, convaincre les acteurs économiques autour de ce projet et réaliser les infrastuctures. Réduire les coûts et l’empreinte carbone de nos transports est un enjeu majeur.

Identité

Jacques de Villeneuve est président délégué de Noriap et président d’Euro Seine, l’union de coopératives visant à développer une activité autour du futur canal. Elle rassemble Acolyance, Agora, Capsom, CapSeine, Cerena, InVivo, Noriap, Sana Terra, Senalia et Vivescia.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures