Aller au contenu principal

Après-quotas
Coopératives sucrières cherchent nouveaux coopérateurs

Les groupes Cristal Union et Tereos ont annoncé une augmentation des surfaces de betteraves et accueillent de nouveaux producteurs.

Dans le secteur sucrier, les grandes manœuvres ont commencé afin de se préparer à la suppression des quotas en 2017. L’amélioration de leur compétitivité passe notamment par une meilleure productivité des sites industriels en exploitant au maximum leurs capacités de transformation.
Cristal Union a annoncé sa volonté d’augmenter l’ensemble de ses surfaces betteravières de 15 % au cours des quatre prochaines années, soit 20 000 hectares. « Ce programme, mis en œuvre dès 2014, s’adresse à la fois aux coopérateurs actuels mais aussi aux agriculteurs des régions concernées qui voudraient se lancer dans la betterave. C’est une véritable opportunité », souligne Olivier de Bohan, président de Cristal Union.

Concurrence au sud de Paris


Les premières régions ciblées sont le sud de la Champagne-Ardenne (Arcy-sur-Aube) et le sud de Paris. Dans ce secteur, les nouveaux producteurs rejoindront la récente coopérative de Pithiviers-Toury aux côtés des nouveaux coopérateurs, depuis le rachat en juin 2012 de deux usines du groupe Vermandoise. « Ceux-ci vont bénéficier des mêmes rémunérations que les coopérateurs historiques de Cristal Union au bout de trois ans. Et dès cette année, ils pourront toucher des compléments de prix », assure le président. Tereos a aussi annoncé sa volonté d’augmenter de 5000 hectares la surface d’approvisionnement en betteraves de la sucrerie d’Artenay dans le Loiret. « Les nouveaux adhérents qui vont se lancer dans la betterave auront accès aux compléments de prix et aux intérêts aux parts dès la première année. À cela s’ajoute un accès aux dividendes versés aux coopérateurs grâce à la diversification de notre groupe coopératif », explique Hervé Nouvellon, directeur betteraves de Tereos France.

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures