Aller au contenu principal

Désherbage des céréales
Contre les graminées adventices, prénettoyage à l´automne et rattrapage au printemps

Dans beaucoup de situations sur céréales, il est nécessaire de désherber dès l´automne. Cette intervention sera réfléchie en prévision d´un rattrapage au printemps.


Beaucoup de traitements herbicides à l´automne sur céréales nécessitent un rattrapage au printemps. Dit autrement, un désherbage à l´automne peut servir à préparer une intervention au printemps qui aura plus de chance d´être efficace. Il ne faut pas compter sur les interventions d´automne pour venir à bout définitivement de certaines graminées adventices. « Le désherbage d´automne est largement justifié quand on sème tôt. Ces conditions favorisent les levées d´adventices qui ont le temps de se développer fortement avant l´hiver. Contre le vulpin ou le ray-grass, l´objectif de l´intervention d´automne sera un prénettoyage. Si la graminée montre une levée précoce et qu´elle exerce une forte pression avec des densités de 30 ou 40 pieds au mètre carré, il y a intérêt à faire le ménage », prévient Gérard Citron, spécialiste désherbage chez Arvalis.
« On n´arrive pas à faire 100 % d´efficacité sur les graminées à l´automne, reprend-il. Si le choix se porte sur des produits peu coûteux, un mélange First + isoproturon à 20 euros/hectare détruira les vulpins à 60-70 % par exemple. Un mélange isoproturon + Prowl sera renforcé en anti-graminées. L´association de chlortoluron avec Carat sera approprié pour lutter plus particulièrement contre les ray-grass. » Les fops (Celio, Puma.) peuvent être utilisés à l´automne dans les situations où les graminées ne sont pas résistantes à ces produits. Mais ils ne toucheront que les graminées levées, pas celles sur le point de germer.
Si la pression adventice est importante, on peut être tenté d´utiliser à l´automne des produits réputés performants comme ceux à base de sulfonylurées de DuPont ou de Bayer CropScience. « Leur efficacité est moins bonne à l´automne qu´au printemps, souligne Florent Sauvadet, conseiller agricole à la chambre d´agriculture de Côte-d´Or. Et ce sont des produits à action foliaire dominante qui ne toucheront pas toutes les levées de vulpins à l´automne. »
Des vulpins non détruits à l´automne auront déjà fait perdre des quintaux aux céréales infestées à la sortie hiver avant traitement. ©C. Gloria

Réserver les sulfonylurées pour le printemps
Pourtant, les produits de DuPont (Oklar, Ductis et Lexus XPE) colportent avec eux l´image d´un positionnement d´automne. « Ces produits pas trop chers montrent une efficacité anti-graminées supérieure à l´isoproturon mais ne permettent pas d´éviter un rattrapage au printemps », selon Gérard Citron.
Il est proscrit d´utiliser à la suite sur une même campagne une même famille d´herbicides. C´est même interdit pour l´isoproturon et le chlortoluron. Avec des sulfonylurées à l´automne, la seule alternative resterait l´usage des fops (attention aux résistances) ou des urées substituées moyennement efficaces. Il serait dommage de se priver des solutions les plus efficaces pour le rattrapage au printemps.

DuPont souhaiterait montrer l´intérêt de leurs spécialités en sortie d´hiver, en les associant avec le clodinafop (Celio) ou le diclofop-méthyl (Magestan). « Nous lançons la commercialisation de packs physiques associant l´un de nos produits à base de sulfonylurée avec Magestan : Pack Oklar Flex, Pack Oklar Azur et Pack Lexus Combi », informe Françoise Hermouet-Lacoste, chef de marché céréales chez DuPont de Nemours en France. Les associations sont présentées comme l´une des rares solutions efficaces en sortie d´hiver contre les vulpins.
« Mais avec des rotations longues, il n´y a pas forcément nécessité de réaliser un désherbage des céréales à l´automne », constate dans sa région Florent Sauvadet. La bonne gestion agronomique des parcelles peut réduire considérablement la pression adventice. Une solution pour ne pas être chimico-dépendant.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures