Aller au contenu principal

Comment stocker du blé germé

Le stockage de grains germés sur pied est possible mais pas à n'importe quelle condition. Une conduite rigoureuse et des outils adaptés sont impératifs pour éviter la dégradation de lots dont la qualité est déjà compromise par les conditions météorologiques avant récolte.

Suites aux conditions climatiques de l'été 2014, l'institut Arvalis répond aux questions que se posent les agriculteurs et les techniciens liées à la qualité dégradée de la récolte. Arvalis a pu tirer des enseignement des études réalisées au cours des années 2000 et 2001, où les conditions climatiques avaient été similaires.


A la réception : Identifier et alloter

Un échantillon représentatif de chaque remorque doit être prélevé pour analyser deux critères importants, la teneur en eau et la présence de germination :

? Si absence de germination et humidité inférieure à 15 % -> stockage directement en cellule ;

? Si présence de grains germés et humidité inférieure à 16 % -> nettoyage indispensable puis stockage en cellule ;

? Si présence de germination et humidité supérieure à 16 % -> nettoyage et passage au séchoir puis stockage en cellule.

 

Grains germés : Nettoyage indispensable

Lors de la moisson, une partie des germes aura été sectionnée. Le nettoyage permet de poursuivre la découpe des germes, mais également de séparer les bouts de germes très humides des grains. Seuls des nettoyeurs rotatifs ou séparateurs plans apporteront une efficacité de séparation suffisante, l'utilisation de grilles standards blés sera adaptée. En fonction des volumes concernés, la capacité de nettoyage peut être limitante, les lots germés avec des humidités supérieures à 16 % sont à privilégier avant leur passage au séchoir.

 

Grains germés et humides (>16 %) : Séchage obligatoire

Le séchage des blés doit viser une humidité inférieure à 14 %. Les températures de séchage doivent être comprises entre 80 et 90°C. L'allumage d'un seul brûleur peut être envisagé si la perte de points est très faible. Le pilotage du séchoir en blé est identique à celui en maïs : toutes les heures un prélèvement de grain en sortie de séchoir pour une mesure d'humidité permet d'ajuster l'intervalle entre deux extractions. La température de l'air usé peut varier en fonction des conditions d'utilisation mais, de manière générale, elle ne doit pas dépasser les 50°C (se référer à la notice d'utilisation du séchoir). Le temps de pré-stockage doit être le plus limité possible pour éviter les échauffements et les prises en masse.

 

Vigilance et rigueur accrue sur le refroidissement

La ventilation de refroidissement en cellules vise à réduire l'activité respiratoire et biologique du grain le plus rapidement possible. Elle sera à lancer dès que les gaines de ventilation de la cellule seront recouvertes et lorsque la température de l'air extérieur sera favorable, à savoir inférieure de 10°C à celle du grain, le plus souvent la nuit. L'utilisation de thermostats permet le déclenchement et l'arrêt automatique du ventilateur uniquement lorsque les conditions d'écart de températures sont respectées. Il faudra être particulièrement rigoureux dans le suivi des températures de grain pour s'assurer qu'il n'y a pas d'échauffement. Un suivi journalier est réalisé. Pour rappel, le refroidissement d'une cellule commence par le bas et remonte par couches successives vers le haut de la cellule. Il est donc impératif d'arrêter la ventilation uniquement lorsque le front de refroidissement a atteint le haut de la cellule.

L'indice de chute de Hagberg évolue-t-il au cours du stockage ?

Sur les blés de la récolte 2000, l'évolution de l'indice de chute de trois lots de blé stockés en cellule de 10 tonnes a fait l'objet d'un suivi pendant un an. Les résultats ont montré :

? qu'il y a peu d'évolution de l'indice de chute sur le lot à 150 secondes à la récolte, si ce n'est une légère tendance à l'augmentation,

? en revanche, les lots dont l'indice de chute était de 100 secondes à la récolte montrent clairement une tendance à la baisse avec une stabilisation du temps de chute autour de 80 secondes.

Il faut noter cependant que, dans le cadre de cette expérimentation, le stockage des lots a été conduit rigoureusement et que leur humidité était relativement basse autour de 13,5%.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures