Aller au contenu principal

Comment stocker du blé germé

Le stockage de grains germés sur pied est possible mais pas à n'importe quelle condition. Une conduite rigoureuse et des outils adaptés sont impératifs pour éviter la dégradation de lots dont la qualité est déjà compromise par les conditions météorologiques avant récolte.

Suites aux conditions climatiques de l'été 2014, l'institut Arvalis répond aux questions que se posent les agriculteurs et les techniciens liées à la qualité dégradée de la récolte. Arvalis a pu tirer des enseignement des études réalisées au cours des années 2000 et 2001, où les conditions climatiques avaient été similaires.


A la réception : Identifier et alloter

Un échantillon représentatif de chaque remorque doit être prélevé pour analyser deux critères importants, la teneur en eau et la présence de germination :

? Si absence de germination et humidité inférieure à 15 % -> stockage directement en cellule ;

? Si présence de grains germés et humidité inférieure à 16 % -> nettoyage indispensable puis stockage en cellule ;

? Si présence de germination et humidité supérieure à 16 % -> nettoyage et passage au séchoir puis stockage en cellule.

 

Grains germés : Nettoyage indispensable

Lors de la moisson, une partie des germes aura été sectionnée. Le nettoyage permet de poursuivre la découpe des germes, mais également de séparer les bouts de germes très humides des grains. Seuls des nettoyeurs rotatifs ou séparateurs plans apporteront une efficacité de séparation suffisante, l'utilisation de grilles standards blés sera adaptée. En fonction des volumes concernés, la capacité de nettoyage peut être limitante, les lots germés avec des humidités supérieures à 16 % sont à privilégier avant leur passage au séchoir.

 

Grains germés et humides (>16 %) : Séchage obligatoire

Le séchage des blés doit viser une humidité inférieure à 14 %. Les températures de séchage doivent être comprises entre 80 et 90°C. L'allumage d'un seul brûleur peut être envisagé si la perte de points est très faible. Le pilotage du séchoir en blé est identique à celui en maïs : toutes les heures un prélèvement de grain en sortie de séchoir pour une mesure d'humidité permet d'ajuster l'intervalle entre deux extractions. La température de l'air usé peut varier en fonction des conditions d'utilisation mais, de manière générale, elle ne doit pas dépasser les 50°C (se référer à la notice d'utilisation du séchoir). Le temps de pré-stockage doit être le plus limité possible pour éviter les échauffements et les prises en masse.

 

Vigilance et rigueur accrue sur le refroidissement

La ventilation de refroidissement en cellules vise à réduire l'activité respiratoire et biologique du grain le plus rapidement possible. Elle sera à lancer dès que les gaines de ventilation de la cellule seront recouvertes et lorsque la température de l'air extérieur sera favorable, à savoir inférieure de 10°C à celle du grain, le plus souvent la nuit. L'utilisation de thermostats permet le déclenchement et l'arrêt automatique du ventilateur uniquement lorsque les conditions d'écart de températures sont respectées. Il faudra être particulièrement rigoureux dans le suivi des températures de grain pour s'assurer qu'il n'y a pas d'échauffement. Un suivi journalier est réalisé. Pour rappel, le refroidissement d'une cellule commence par le bas et remonte par couches successives vers le haut de la cellule. Il est donc impératif d'arrêter la ventilation uniquement lorsque le front de refroidissement a atteint le haut de la cellule.

L'indice de chute de Hagberg évolue-t-il au cours du stockage ?

Sur les blés de la récolte 2000, l'évolution de l'indice de chute de trois lots de blé stockés en cellule de 10 tonnes a fait l'objet d'un suivi pendant un an. Les résultats ont montré :

? qu'il y a peu d'évolution de l'indice de chute sur le lot à 150 secondes à la récolte, si ce n'est une légère tendance à l'augmentation,

? en revanche, les lots dont l'indice de chute était de 100 secondes à la récolte montrent clairement une tendance à la baisse avec une stabilisation du temps de chute autour de 80 secondes.

Il faut noter cependant que, dans le cadre de cette expérimentation, le stockage des lots a été conduit rigoureusement et que leur humidité était relativement basse autour de 13,5%.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures