Aller au contenu principal
Font Size

RAVAGEURS
Comment faire fuir les oiseaux

Entre pigeons et corvidés, les agriculteurs se débattent avec les oiseaux semant la pagaille dans les semailles. À défaut de produits répulsifs, il reste les méthodes d’effarouchement.

Les épouvantails ont encore de beaux jours devant eux. Contre les oiseaux coupables de dégâts en cultures, corvidés et pigeons essentiellement, les produits répulsifs sont quasi inexistants. Il ne reste plus aux agriculteurs que les méthodes d’effarouchement pour protéger leurs parcelles et la régulation par du piégeage ou des tirs au-delà des périodes de chasse.


VIVE LE VENT, VIVE LE VENT
Les épouvantails suivent la mode. En haut d’un mât de trois mètres minimum peut être fixé un cerf-volant en forme de rapace se balançant dans tous les sens avec le vent ou un ballon où figurent des yeux de rapaces bien visibles pour les oiseaux. Les dispositifs suivent le principe des rubans de couleur bricolés ou des CD brillants suspendus à des fils. Ces épouvantails ont des efficacités limitées en surface (un ha par dispositif) et dans le temps. Pour obtenir une efficacité optimale, il est utile d’associer plusieurs types d’équipements sur une parcelle et de les changer de place régulièrement. « L’effet répulsif de l’association cerfs-volants et ballons semble être supérieur à quinze jours, juge Renan Maurice, chargé des expérimentations en grandes cultures biologiques à la chambre régionale d’agriculture des Pays de la Loire. Il fonctionne bien sur les corbeaux freux et les corneilles noires ; un peu moins sur les pigeons. Ces dispositifs ont besoin d’être agités pour être efficaces. Le vent est une limite au système », reconnaîtil. Renan Maurice apporte quelques recommandations : « Il faut attendre que les oiseaux soient bien présents pour mettre en place un dispositif, pas avant sous peine d’inefficacité. Il est très difficile de protéger les très grandes parcelles. Pour trois hectares par exemple, il faudra mettre deux cerfs-volants et quatre ballons. Et pour éviter les phénomènes d’accoutumance, il sera nécessaire d’échanger les couleurs de ballons tous les deux à trois jours et de déplacer les cerfs-volants. »


ASSOCIER LE SONORE AU VISUEL
Si l’on veut augmenter l’efficacité de l’effarouchement, on peut opter pour un dispositif sonore. Un canon acoustique seul ou l’émission de cris d’alarme d’oiseaux n’aura qu’une efficacité limitée dans la durée. La stratégie est d’adopter un équipement associant le sonore au visuel. Le canon de type « effraie » (marque Tonnfort 5, par exemple) présente ce type d’association : détonations du canon, effet visuel et auditif avec deux leurres montant en haut d’un mât. Quand ces leurres s’élèvent ou redescendent du mât, ils émettent des bruits d’oiseaux blessés ou d’envols. Le dispositif fonctionne avec une bouteille de propane. « En dix ans d’utilisation, nous ne déplorons pas d’échec avec ce dispositif qui peut protéger de grandes parcelles, mentionne Dany Chauviré, de la FDGdon(1) Maine-et-Loire. Nous avons pu préserver un champ de douze hectares des dégâts d’oiseaux avec un seul appareil. Nous disposons de cinq appareils que nous mettons à disposition dans le département, moyennant une location de 50 euros la semaine et une participation pour le déplacement, l’entretien… »


LOIN DES HABITATIONS
Comme pour les équipements visuels, ce dispositif ne devra pas être mis avant que les oiseaux ne passent à l’attaque. La parcelle est à surveiller tous les jours.Le canon « effraie » présente un défaut, rédhibitoire dans certains situations : la réglementation interdit sa mise en place à moins de 500 mètres des habitations. Les techniques d’effarouchement ne diminuent pas les populations. Elles ne font que les déplacer d’un champ à l’autre. Faut-il passer alors à des actes de destruction ? Les associations de protection de la nature et les organismes prescripteurs agricoles sont rarement sur la même longueur d’onde. Les premiers, comme la LPO, peuvent accepter malgré tout que des actions locales de régulation soient envisagées.Une gestion des populations est indispensable selon la profession agricole. Même modernes, les épouvantails montrent leurs limites.
Christian Gloria
(1) Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles.

CHIFFRES CLÉS

Coûts de dispositifs d’effarouchement

- Cerf-volant
33,40 € HT l’unité (un mât : 80 €). Semac à Corzé (49). Tél. 0241768533.
- Ballon ‘predator’
40 € TTC le lot de 3 ballons. Ecodyn, Ulrich Schreier, Le louroux Beconnais (49). Tél. 0241774845 (vente cerf-volant également).
- Ballon ‘terror eyes’
53 € HT l’unité. Avicontrôle, agence Nord, Rouvres (77). Tél. 0160039869.
- Effarouchement visuel et sonore type ‘effraie’
1 700 € HT à l’achat. Location auprès d’une Fredon, Feredec, FDGdon… de l’ordre de 50 € la semaine hors bouteille de propane.
Source région Pays de la Loire (chambre d’agriculture, FDGdon), année 2008.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures