Aller au contenu principal

Colza : le phosmet, un insecticide clé sur la sellette

Insecticide important contre les ravageurs d’automne sur colza, le phosmet pourrait être interdit en Europe dans les prochains mois.

Le phosmet est un insecticide très utilisé pour protéger le colza des ravageurs d'automne. © C. Gloria
Le phosmet est un insecticide très utilisé pour protéger le colza des ravageurs d'automne.
© C. Gloria

L’institut Terres Inovia est très inquiet. Le phosmet (Boravi WG) est un insecticide clé dans la protection du colza vis-à-vis des ravageurs d’automne. Il va faire l’objet d’une réévaluation par les instances européennes pour valider ou non sa réautorisation. « Or, l’Efsa, l’agence européenne chargée de cette évaluation, a souhaité renforcer l’étude toxicologique et a proposé de multiplier par 10 un facteur de sécurité toxicologique pour cette molécule », informe Terres Inovia. En d’autres termes, le phosmet pourrait ne pas sortir indemne de ce réexamen.

« Il n’existe pas de solution alternative au phosmet efficace et crédible contre les ravageurs d’automne. Sa suppression entraînerait une baisse des surfaces de colza de près de 300 000 hectares », estime la FOP dans un communiqué, qui en appelle à la France pour peser sur la décision de la Commission européenne. Les surfaces de colza sont déjà au plus bas en raisons des différents handicaps dont souffre la culture, et les contraintes de rotations imposées après les betteraves traitées aux néonicotinoïdes risquent de la pénaliser un peu plus.

Risque de fragilisation de la filière apicole

Pour l’interprofession des oléoprotéagineux, « la réautorisation du phosmet est une condition sine qua non à la réussite du Plan protéines. » La FOP considère que ce retrait aura pour conséquence une hausse de la dépendance protéinique (perte de tourteaux), une fragilisation de la filière apicole (le colza est une plante mellifère), une hausse de notre dépendance énergétique (moindre production de biodiesel), une fragilisation des exploitations agricoles situées en zones intermédiaires… 

Dans une interview à Réussir/Agra le 7 janvier, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, s’est montré pessimiste. « Il y a un très large consensus de nos partenaires européens contre le renouvellement de l’homologation du phosmet. Cela veut dire qu’il faut trouver des alternatives rapidement et j’étudie actuellement la possibilité d’accélérer l’homologation de nouveaux produits. »

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Traiter ou ne pas traiter ? Le conseil de préconisation phyto ne peut désormais plus être apporté par les coopératives et négoces qui ont décidé de garder l'activité de vente de produits. © S. Leitenberger
Produits phytosanitaires : ce qui change pour vous avec la séparation vente-conseil
L’entrée en vigueur, depuis le 1er janvier 2021, de la séparation entre la vente et le conseil concernant les produits…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures