Aller au contenu principal

Colza et ravageurs : le phosmet encore utilisable à l’automne prochain

Contrairement à ce qui était craint en début d’année par la filière oléagineuse, l’insecticide phosmet pourra encore être utilisé l’automne prochain contre altises et autres charançons. Mais ce n’est qu’un sursis.

Contre les grosses altises, le phosmet reste le seul insecticide efficace en situation de résistance des ravageurs. © Terres Inovia
Contre les grosses altises, le phosmet reste le seul insecticide efficace en situation de résistance des ravageurs.
© Terres Inovia

Dans les nombreuses situations où les grosses altises résistent aux insecticides de la famille des pyréthrinoïdes, le phosmet (produit Boravi WG) reste la seule solution efficace. Le 21 décembre 2020, la FOP alertait sur la nécessité que la France appuie la ré-autorisation du phosmet au niveau européen, dont la date d’expiration était fixée au 31 juillet 2021. Les signaux étaient au rouge pour cette matière active avec des instances européennes en passe de proposer une non-réapprobation sur des critères toxicologiques. La FOP pointait le risque de perte de 200 000 à 300 000 hectares de colza avec le retrait du phosmet.

« Récemment, la date d’expiration a été repoussée à juillet 2022. Notre produit Boravi reste autorisé tant qu’une décision contraire n’a pas été prise au niveau européen », informe Damien Ronget, responsable technique de Gowan France. C’est donc un sursis pour Boravi WG qui pourra être encore utilisable l’automne prochain. « Gowan soutient le phosmet et croit possible son renouvellement d’autorisation », ajoute Damien Ronget. L’an prochain, une décision sera prise avec un vote des États membres à la majorité qualifiée sur proposition de la commission européenne.

« Le produit Boravi WG s’utilise de l’émergence de la culture jusqu’avant le début de la floraison. La dose homologuée est de 1,5 kg/ha. On conseille 1 kg/ha pour tous les coléoptères du colza, sauf sur larves de grosses altises et charançons du bourgeon terminal, où nous restons à la dose homologuée », précise Damien Ronget.

Seules deux applications du produit sont possibles par campagne. Terres Inovia conseille d’en alterner l’usage avec des pyréthrinoïdes pour lutter contre l’ensemble des ravageurs. À noter que la ZNT (zone non traitée) est de 20 mètres vis-à-vis des points d’eau pour Boravi WG pour les usages sur crucifères oléagineuses. Terres Inovia teste des solutions alternatives en espérant trouver un remplaçant efficace au phosmet à court terme.

Les plus lus

betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
[vidéo] Pyrale du maïs : un quad customisé pour épandre les trichogrammes
Un quad avec épandeur de trichogramme intégré : cette innovation testée par Bioline et la coopérative Oxyane permet de simplifier…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
discussion trilogue
PAC : les négociations entre eurodéputés et ministres achoppent sur les mesures environnementales
Au bout de trois jours de trilogue, les négociations entre la Commission européenne, le Parlement européen et les ministres se…
Michel et Nicolas Dostes, agriculteurs à Astaffort (47)  -   "Avec des colzas développés suffisamment tôt grâce au semis direct et précoce, aucun insecticide n'a été employé l'automne dernier." © Gaec Dostes
Colza : « Ma stratégie permet d’économiser 50 à 70 euros/hectare d’insecticides »
A Astaffort dans le Lot-et-Garonne, Nicolas Dostes est passé au semis direct et à une implantation précoce du colza. La pression…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures