Aller au contenu principal

Moisson 2021 : en colza, bon rendement national avec de forts contrastes régionaux

Les productions de colza s’en sont très bien tirées dans certaines régions comme le Centre Ouest mais n’ont pu redresser la barre dans le Nord et l’Est à cause de fortes précipitations estivales.

Des moyennes de rendement autour de 40 q/ha ont été établies dans des régions comme le Poitou-Charentes ou la Normandie.
Des moyennes de rendement autour de 40 q/ha ont été établies dans des régions comme le Poitou-Charentes ou la Normandie.
© Réussir SA

Plus de 35 q/ha : c’est le rendement moyen national prévu pour le colza en 2021 au 17 août, alors qu’il restait encore de nombreux champs à récolter dans les Hauts-de-France, particulièrement en bordure maritime. « La collecte globale s’établira aux alentours de 3,3 millions de tonnes, soit un niveau équivalent à celui des deux dernières années malgré une baisse des surfaces de 15 % au niveau national sur la même période », communiquait Terres Inovia le 6 août.

La culture du colza a été pour le moins chahutée cette campagne entre conditions sèches de semis, fortes attaques d’insectes et épisodes de gel printanier dans diverses régions. Pourtant, des secteurs enregistrent des rendements records, notamment sur l’ensemble Poitou-Charentes, Vendée et Limousin avec une moyenne estimée à 40 q/ha. La fin de cycle régulièrement arrosée a généré des conditions de remplissage optimales.

La Normandie et l’ouest de l’Île-de-France réservent également de bonnes surprises avec une fourchette de 38-42 q/ha. « Dans les parcelles saines, des pointes de rendement de 47-48 q/ha ont été rapportées voire bien plus dans les terres à haut potentiel (50 à 60 q/ha) », rapporte Jean Liéven, ingénieur régional Terres Inovia.

Des germinations de graines dans les siliques

Il n’en est pas de même pour toute la partie nord et est de la France. En Hauts-de-France et dans le Grand Est, on a pu constater des germinations de graines dans les siliques. Du jamais vu pour des conseillers agricoles qui œuvrent parfois depuis plusieurs dizaines d’années. « Les rendements s’avèrent médiocres : de l’ordre de 25 q/ha voire moins dans certains secteurs de Lorraine, 30 à 32 q/ha en Champagne et en Bourgogne Franche-Comté sur, en plus, de faibles surfaces », constate Laurent Jung, de Terres Inovia Nord-Est.

« Dans l’Aisne, les rendements sont très hétérogènes : de 10 à 45 q/ha avec une moyenne bien inférieure aux autres années, observe Alain Tournier, de la Chambre d’agriculture de l’Aisne. Les colzas ont souffert du froid avec des floraisons qui ont traîné parfois sur six semaines. Puis des colzas mûrs ont parfois reçu plus de 100 mm de précipitations, conditions propices aux germinations sur pied. Enfin, des parcelles montrent des tapis de repousses de colza, preuve qu’il y a eu beaucoup de pertes de graines. »

Dans ces régions, hétérogénéité rime avec médiocrité des récoltes. Pourtant, les intentions de semis sont à la hausse pour cette culture, avec des conditions d’humidité de sols favorables aux implantations et des cours du colza très élevés.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Tous les produits contenant  du métaldéhyde sont taxés.
Antilimaces : pour le métaldéhyde, coût augmenté et stockage obligatoire en local phyto
A compter de cette année, les produits à base de métaldéhyde font l’objet de taxes spécifiques et d’obligation de stockage en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures