Aller au contenu principal

Climat : le Giec encourage l’agriculture de conservation

Selon les experts du Giec, le globe pourrait se réchauffer d'1,5 °C dès 2030.
© G.Omnès

Dans un monde plus chaud de 1,5 °C, les rendements décroîtraient en Afrique de l’Ouest, en Asie du Sud et du Sud-Est, en Amérique centrale et dans le nord de l’Amérique du Sud, autant de zones fortement pourvoyeuses de nourriture dans le monde. C’est ce que les experts du Giec (groupe d’experts internationaux sur le climat) expliquent dans leur tout dernier rapport diffusé début octobre. Pour eux, un tel réchauffement global pourrait survenir dès 2030, soit dans 12 ans, en tout cas avant 2050. Il affecterait la production de riz et de blé, et donc la sécurité alimentaire mondiale.

Le non labour efficace lorsque la ressource en eau est rare

Comment atténuer le phénomène ? Les experts mettent notamment en avant le développement de l’agriculture de conservation. Ils relèvent son efficacité dans les agrosystèmes où la disponibilité en eau est limitée et encouragent son développement en même temps que d’autres bonnes pratiques : rotation des cultures, ajustements des dates de semis, optimisation du choix variétal et des techniques d’irrigation. Le couplage de ces mesures pourraient selon eux accroître de 7 à 14 % les rendements des blés et maïs dans un contexte de changement climatique. Ils évoquent également l’intérêt de développer le stockage de l’eau, tout en glissant vers des cultures moins gourmandes en eau, et l’intérêt des outils de la génomique pour développer plus rapidement des variétés adaptées au réchauffement.…

Les plus lus

silo de stockage de céréales
Envolée des prix : faut-il vendre maintenant son blé de la récolte 2021 ?
Malgré la forte décote par rapport au prix ancienne récolte, les cotations du blé des échéances septembre et décembre 2021 sont…
Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
« Si les producteurs de blé s’y retrouvent avec un marché à terme autour des 190,00-200,00 €/t échéance septembre 2021, il est tout simplement nécessaire de sécuriser leurs marges », explique Virginie Ciesla-Maudet, du cabinet Assertis. © P. Guiraud
Blé/Récolte 2021 : « Commencer à fixer des ventes au niveau de prix actuel est pertinent » (Virginie Ciesla-Maudet, Assertis)
Les prix du blé nouvelle récolte affichent une décote élevée (environ 30 €/t) par rapport au prix ancienne récolte. Les niveaux…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Traiter ou ne pas traiter ? Le conseil de préconisation phyto ne peut désormais plus être apporté par les coopératives et négoces qui ont décidé de garder l'activité de vente de produits. © S. Leitenberger
Produits phytosanitaires : ce qui change pour vous avec la séparation vente-conseil
L’entrée en vigueur, depuis le 1er janvier 2021, de la séparation entre la vente et le conseil concernant les produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures