Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Climat : le Giec encourage l’agriculture de conservation

Selon les experts du Giec, le globe pourrait se réchauffer d'1,5 °C dès 2030.
© G.Omnès

Dans un monde plus chaud de 1,5 °C, les rendements décroîtraient en Afrique de l’Ouest, en Asie du Sud et du Sud-Est, en Amérique centrale et dans le nord de l’Amérique du Sud, autant de zones fortement pourvoyeuses de nourriture dans le monde. C’est ce que les experts du Giec (groupe d’experts internationaux sur le climat) expliquent dans leur tout dernier rapport diffusé début octobre. Pour eux, un tel réchauffement global pourrait survenir dès 2030, soit dans 12 ans, en tout cas avant 2050. Il affecterait la production de riz et de blé, et donc la sécurité alimentaire mondiale.

Le non labour efficace lorsque la ressource en eau est rare

Comment atténuer le phénomène ? Les experts mettent notamment en avant le développement de l’agriculture de conservation. Ils relèvent son efficacité dans les agrosystèmes où la disponibilité en eau est limitée et encouragent son développement en même temps que d’autres bonnes pratiques : rotation des cultures, ajustements des dates de semis, optimisation du choix variétal et des techniques d’irrigation. Le couplage de ces mesures pourraient selon eux accroître de 7 à 14 % les rendements des blés et maïs dans un contexte de changement climatique. Ils évoquent également l’intérêt de développer le stockage de l’eau, tout en glissant vers des cultures moins gourmandes en eau, et l’intérêt des outils de la génomique pour développer plus rapidement des variétés adaptées au réchauffement.…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Covid-19/grandes cultures : les bons gestes pour vous protéger !
Les recommandations pour lutter contre le coronavirus dans les travaux du quotidien en grandes cultures, entre lavage de mains,…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures