Aller au contenu principal
Font Size

COMMERCIALISATION DU COLZA
Choisir son contrat pour valoriser une bonne teneur en huile

L’excellente teneur en huile de la récolte 2011 est susceptible de générer une prime de 40 à 50 euros la tonne… à condition de choisir le contrat adapté.

Attention, votre colza de la récolte 2011 contient peut-être de l’or. « La teneur en huile cette année est supérieure aux années précédentes, avec des échantillons qui tournent souvent autour de 46 ou 47 %, explique Morgane Oberling, chez Agricote Courtage.Dans ce cas, nous conseillons à nos clients de commercialiser leur colza en contrat + huile. » Le contrat + huile est, avec le TBRI (toutes bonifications et réfactions incluses), l’un des deux principaux modes de commercialisation utilisés pour vendre des graines oléagineuses. Il inclut un prix de base associé à une qualité standard, définie par la teneur en huile, l’humidité et le taux d’impuretés.
Le prix payé est obtenu par l’application de bonifications (en cas de qualité supérieure à la qualité standard) ou de réfactions dans la situation contraire. Le calcul de la prime se fait de la façon suivante : en huile, la base est de 40 % avec une prime de 1,5 % par point en plus ; humidité : base 9 % et prime de 0,45 % par point en moins ; impuretés : base 2 % et prime de 0,45 % par point en moins.
Le contrat TBRI, en revanche, fixe un prix qui ne valorise pas une qualité supérieure, tout en exigeant un taux minimum de 40 % d’huile. Le prix d’un contrat TBRI est supérieur au prix de base des contrats + huile, avec des écarts pouvant se monter à 20 euros, mais la teneur en huile élevée et la faible humidité de la récolte 2011 rendent le second attractif. « Compte tenu des caractéristiques observées, on peut espérer des primes allant jusqu’à 40 ou 50 euros/tonne par rapport au prix de base », estime Morgane Oberling. Avant d’opter pour cette solution, il convient de faire analyser un échantillon représentatif de son colza par un laboratoire agréé. Pour moins de 100 euros, on peut ainsi disposer d’une analyse pour les trois critères concernés.

PRUDENCE AU STOCKAGE
Une fois l’analyse réalisée, mieux vaut vendre son colza dans les mois qui suivent. Les caractéristiques sont en effet susceptibles d’évoluer pendant le stockage.Autre contrainte : certains acteurs du marché contractualisent par lots de 100 tonnes. Si l’on dispose d’un volume moins important, celui-ci sera complété par un lot appartenant à un autre producteur. Demander le résultat de l’analyse réalisée sur l’autre lot est donc une précaution nécessaire pour s’assurer qu’il ne dégradera pas la qualité de son propre colza. C’est en effet la moyenne qui est prise en compte pour calculer le prix. C’est décidé, vous optez pour le contrat + huile? Il vous reste à trouver un acheteur qui propose ce type de transaction. C’est rarement le cas des organismes collecteurs. La solution peut alors consister à se tourner vers un courtier

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Jaunisse sur betterave
Crise/betteraves : le gouvernement ouvre la porte à l'usage dérogatoire des néonicotinoïdes
Le ministère de l'Agriculture annonce qu'il fera une proposition législative pour permettre d'utiliser des traitements de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures