Aller au contenu principal

COMMERCIALISATION DU COLZA
Choisir son contrat pour valoriser une bonne teneur en huile

L’excellente teneur en huile de la récolte 2011 est susceptible de générer une prime de 40 à 50 euros la tonne… à condition de choisir le contrat adapté.

Attention, votre colza de la récolte 2011 contient peut-être de l’or. « La teneur en huile cette année est supérieure aux années précédentes, avec des échantillons qui tournent souvent autour de 46 ou 47 %, explique Morgane Oberling, chez Agricote Courtage.Dans ce cas, nous conseillons à nos clients de commercialiser leur colza en contrat + huile. » Le contrat + huile est, avec le TBRI (toutes bonifications et réfactions incluses), l’un des deux principaux modes de commercialisation utilisés pour vendre des graines oléagineuses. Il inclut un prix de base associé à une qualité standard, définie par la teneur en huile, l’humidité et le taux d’impuretés.
Le prix payé est obtenu par l’application de bonifications (en cas de qualité supérieure à la qualité standard) ou de réfactions dans la situation contraire. Le calcul de la prime se fait de la façon suivante : en huile, la base est de 40 % avec une prime de 1,5 % par point en plus ; humidité : base 9 % et prime de 0,45 % par point en moins ; impuretés : base 2 % et prime de 0,45 % par point en moins.
Le contrat TBRI, en revanche, fixe un prix qui ne valorise pas une qualité supérieure, tout en exigeant un taux minimum de 40 % d’huile. Le prix d’un contrat TBRI est supérieur au prix de base des contrats + huile, avec des écarts pouvant se monter à 20 euros, mais la teneur en huile élevée et la faible humidité de la récolte 2011 rendent le second attractif. « Compte tenu des caractéristiques observées, on peut espérer des primes allant jusqu’à 40 ou 50 euros/tonne par rapport au prix de base », estime Morgane Oberling. Avant d’opter pour cette solution, il convient de faire analyser un échantillon représentatif de son colza par un laboratoire agréé. Pour moins de 100 euros, on peut ainsi disposer d’une analyse pour les trois critères concernés.

PRUDENCE AU STOCKAGE
Une fois l’analyse réalisée, mieux vaut vendre son colza dans les mois qui suivent. Les caractéristiques sont en effet susceptibles d’évoluer pendant le stockage.Autre contrainte : certains acteurs du marché contractualisent par lots de 100 tonnes. Si l’on dispose d’un volume moins important, celui-ci sera complété par un lot appartenant à un autre producteur. Demander le résultat de l’analyse réalisée sur l’autre lot est donc une précaution nécessaire pour s’assurer qu’il ne dégradera pas la qualité de son propre colza. C’est en effet la moyenne qui est prise en compte pour calculer le prix. C’est décidé, vous optez pour le contrat + huile? Il vous reste à trouver un acheteur qui propose ce type de transaction. C’est rarement le cas des organismes collecteurs. La solution peut alors consister à se tourner vers un courtier

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Qu’ont fait les grandes cultures pour vous, aujourd’hui ?
Alimentation de base, carburant, et désormais gel hydroalcoolique : la crise est venue rappeler comment les grandes cultures…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures