Aller au contenu principal

[Edito] Retraite et aides PAC : pour faire place aux jeunes, dégager les vieux ?

Avec la nouvelle Pac, il faudra choisir entre toucher les aides ou sa pension de retraite à partir de 67 ans. La volonté de faciliter la transmission aux jeunes est louable, mais attention aux injustices.

Pour aider les jeunes à s'installer, on peut certainement trouver de meilleures solutions qu’une mise au ban de ceux qui ont souvent consacré toute leur vie à l’agriculture.
Pour aider les jeunes à s'installer, on peut certainement trouver de meilleures solutions qu’une mise au ban de ceux qui ont souvent consacré toute leur vie à l’agriculture.
© C. Baudart

Une réforme de la PAC impose toujours des adaptations aux exploitations agricoles. Cette fois-ci, le changement sera notable pour les agricultrices et agriculteurs de 67 ans et plus, l’âge légal de départ à la retraite à taux plein. Celui-ci est l’âge limite retenu par le ministère de l’Agriculture pour définir les agriculteurs actifs. Cette catégorie, précisée dans le plan stratégique national, rassemblera les exploitants éligibles aux aides européennes quand la nouvelle PAC entrera en vigueur en 2023.

Le robinet des aides sera-t-il coupé pour tous les exploitants de plus de 67 ans ? Ce scénario a été envisagé par les pouvoirs publics. L’objectif affiché était de favoriser les transmissions, et donc l’installation des jeunes. Le gouvernement est revenu sur cette option radicale : finalement, arrivés à 67 ans, les agriculteurs devront choisir entre leur droit à la retraite et les aides PAC. Selon les chiffres du ministère, environ 20 000 agriculteurs auront atteint ou dépassé les 67 ans fatidiques en 2023.

Il aurait été incompréhensible de retirer à tous ces agriculteurs le droit de toucher les aides PAC. Parmi les nombreux exploitants qui continuent d’exercer leur activité après 67 ans, certains sont animés par leur attachement à ce travail, qui relève encore du mode de vie, tant que leur santé le permet. D’autres veulent profiter de conditions économiques plus avantageuses que celles procurées par des pensions qui restent chiches malgré les récentes revalorisations.

Et comment justifier de créer une telle distorsion entre des agriculteurs encore actifs sur leur ferme et des gestionnaires pilotant à distance une exploitation conduite en prestation de A à Z, voire de simples détenteurs de capitaux ? Favoriser l’installation des jeunes est fondamental. Mais on peut certainement trouver de meilleures solutions qu’une mise au ban de ceux qui ont souvent consacré toute leur vie à l’agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Aurélie et Anthony Quillet. « Dans la perspective d'une éventuelle transmission à nos enfants, qui sont encore jeunes, la holding permet de ne fermer aucune porte tout en confortant nos capacités de capitalisation et d’investissement. »
« Nous avons créé une holding pour assurer la pérennité de la ferme »
Pour Anthony et Aurélie Quillet, engagés dans l’agriculture de conservation, la durabilité doit être écologique mais aussi…
Le législateur confie l’instruction des dossiers de transferts partiels de parts sociales aux SAFER, qui alerteront les services de l’État si nécessaire.
Contrôle des Safer : ce qui change avec la nouvelle loi
Les sénateurs et les députés ont adopté en urgence une proposition de loi qui confie à la Safer le contrôle de tous les…
Vincent Guyot : "La betterave est une excellente tête d’assolement dans ma rotation."
Betterave : « Malgré 4 ans de pertes, j’ai encore envie d'y croire. »
Vincent Guyot, agriculteur à Étaves-et-Bocquiaux, dans l’Aisne, souligne l’intérêt de la betterave comme tête de rotation, mais…
Le nombre des exploitations françaises a baissé de 21 % entre 2010 et 2020, un rythme moins rapide qu'au cours des décennies précédentes.
Recensement agricole : 5 grandes tendances pour les fermes françaises entre 2010 et 2020
Le recensement agricole a dévoilé ses premiers chiffres, confirmant la baisse du nombre d’exploitations et la hausse de la…
Le chia appartient à la famille des labiacées et n’a pas d’autre représentant dans les assolements.
Diversification : la chia, une culture sobre à haute rentabilité
Originaire d’Amérique du Sud, la chia se développe en France grâce à de nouvelles variétés. Son itinéraire technique économe et…
Pour connaître les besoins azotés du blé, des mesures sur feuilles doivent être pratiquées régulièrement pour piloter la fertilisation avec l'outil Appi'N.
Fertilisation azotée : le pilotage intégral sur blé fait ses classes
Avec les outils Appi’N et CHN-conduite, le pilotage intégral de la fertilisation azotée sur blé doit encore faire ses preuves,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures