Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Reportage
Rotation, semis, travail du sol... sur la ferme de Jean-Bernard Rabier, la chasse aux IFT est ouverte

Sur sa ferme de l’Indre, entrée dans le réseau Dephy en 2011, Jean-Bernard Rabier a réussi à faire baisser de façon nette son IFT global. Allongement de la rotation, semis plus ajustés, déchaumages bien placés, outil d’aide à la décision… C’est une somme de petits leviers qui est à l’origine de ce bon résultat.

Jean-Bernard Rabier limite ses charges opérationnelles sur blé tendre à 269 euros par hectare.
© V. Noël

Réduire de plus de 35 % des phytos en huit ans, voilà ce que Jean-Bernard Rabier est parvenu à faire sur sa ferme. Son IFT (Indice de fréquence de traitement), qui était de 4,06 en 2011 est tombé à 2,69 en 2018… presque sans qu’il s’en rende compte. « C’est le résultat d’une somme de petites choses, que je ne saurais pas vraiment décrire ! », résume-t-il. Animateur agronomique chez Axéréal et en charge du groupe Dephy dont fait partie l’exploitant, Pascal Lacoffrette confirme : « Il n’y a pas qu’un seul levier. Cela va de l’utilisation de variétés de blé tendre plus résistantes aux maladies qui permettent de réduire les traitements, à la réduction des insecticides grâce aux cuvettes jaunes, en passant par le travail du sol qui génère une diminution du recours aux antilimaces, par exemple… Ce n’est pas toujours facile pour les agriculteurs de mesurer les raisons de la baisse ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures