Aller au contenu principal

Ces marques qui s'emballent pour les producteurs

De plus en plus urbain, le consommateur perd de vue ses racines paysannes. Concrètement, il finit par oublier qu'une vache se cache derrière sa brique de lait ou que sans grains de blé, pas de brioche. Résultat, son anxiété par rapport à sa nourriture ne cesse de croître. Il faut lui « réapprendre » à comprendre comment sont produits ses aliments.

Ce besoin de « retour à la terre » incite les grandes marques à mettre en avant les producteurs sur leurs emballages et leurs sites internet.

Y compris lorsqu'il s'agit de céréaliers, une profession qui n'a pourtant pas toujours bonne presse auprès du grand public.

Dans ce dossier, vous trouverez de quoi mieux comprendre ces nouvelles tendances. Vous pourrez également lire les témoignages de trois producteurs engagés dans des démarches conduites par des marques, et qui, a priori, ne le regrettent pas.

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Grandes Cultures d'avril 2015. RGC 290 p. 18 à 28.

Au sommaire

. p. 20 - Parler terrain pour fidéliser le consommateur.

. p. 22 - Dominique Jacquet et le contrat Ebly : "Un moyen de préserver la production".

. p. 24 - Alain Herbinet et la démarche Lu : "J'ai produit les biscuits que tu manges".

. p. 26 - Jerôme Puche et le programme Jeunes agriculteurs Mc Donalds : "On va jusqu'au produit fini".

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Apport de solution azotée sur colza. Pour limiter le stress des cultures, mieux vaut suspendre les interventions. © Gutner archives
Retour des gelées : 5 points à connaître pour préserver les cultures et le matériel
Il est urgent de stopper vos interventions en plaine : un épisode de froid s’amorce dans une grande moitié nord de la France, qui…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures