Aller au contenu principal

POMME DE TERRE
Camisole réglementaire sur le mancozèbe pour 2011

L’utilisation de tout produit contenant du mancozèbe (et également du manèbe) sera restreinte à huit traitements sur pomme de terre à compter de 2011.

L’information n’est pas officielle mais elle laisse peu de places aux doutes. L’utilisation des fongicides de la famille des dithiocarbamates (manèbe et mancozèbe surtout(1), sera limitée à huit traitements à compter de 2011, et ce en mettant au même niveau toutes les spécialités commerciales, les produits solo à base de manèbe ou mancozèbe (les Sandozèbe, Dithane, Trimanoc, Granéor…) comme les fongicides associant la matière active à une autre molécule (Rémiltine, Aderio,Acrobat, Plébiscit M. disperss…).

C’est ce que confirme Thierry Girantet, responsable homologations France chez Cerexagri, l’une des sociétés leaders dans la commercialisation du mancozèbe : « Après l’inscription de la matière active à l’annexe I de la directive européenne 91/414, les spécialités commerciales à base de dithiocarbamates font l’objet d’une évaluation par l’Afssa qui doit rendre son avis mi-2010. Les dossiers ont été déposés sur la base d’une proposition d’un nombre maximal de huit applications par hectare et par an. Face à cette règle, les produits mono ou pluri-actifs contenant un dithiocarbamate seront indifférenciés. »

DES RÈGLES CLAIRES FIN 2010

Chef de marché fongicides pomme de terre chez Dow AgroScience, Jean-Louis Gazel juge probable l’application future de cette règle à l’ensemble des fongicides à base de manèbe ou de mancozèbe. « Pour cette campagne, nous restons sur le respect d’un nombre d’applications attribué pour chaque composition. Pour un produit à base de mancozèbe solo comme Dithane Neotec, on ne doit pas dépasser dix traitements », donne-t-il en exemple. Pour d’autres produits comme ceux associant le mancozèbe à une autre substance active, les nombres limites d’applications diffèrent et se surajoutent. Pourquoi une telle volonté de réduire l’emploi des dithiocarbamates ? « Les résidus des matières actives de cette famille de produits posent problème », explique Thierry Girantet.

Manèbe et mancozèbe sont des molécules très anciennes. Les premières homologations remontent aux années 60. Les produits dosent à plus d’un kilo par hectare de matière active. Mais intrinsèquement ces fongicides ne sont pas plus dangereux que les autres. « Sur pomme de terre, 50 % des hectares reçoivent du mancozèbe solo, 15 % du manèbe et 7 % des produits associant le mancozèbe à d’autre molécules », ajoute Jean-Louis Gazel.

DEUX TIERS DES UTILISATIONS CONTRE LE MILDIOU

L’utilisation est très élevée car les produits sont bon marché avec des applications à l’hectare pouvant revenir à moins de 10 euros. En outre, en plus de quarante ans d’utilisation, on n’a jamais détecté de souches résistantes du mildiou à ces produits. Mais les dithiocarbamates souffrent d’une sensibilité au lessivage. « Vingt millimètres de pluie suffisent à lessiver un mancozèbe classique, précise Stéphane Grégoire, de la chambre d’agriculture de la Somme.Dithane Neotec tient un peu mieux (25 mm) et le mélange avec un adjuvant comme Sticman améliore encore la tenue au lessivage. » Mais rien de comparable avec d’autres antimildiou récents résistant mieux à la pluie. Et ceux-ci offrent le plus souvent une efficacité supérieure avec des dosages en matière active moins importants et à des prix plus élevés.

À un moment où la production de pomme de terre est peu rentable, le recours au mancozèbe contribue à réduire la charge fongicide. « Les féculiers notamment utilisent le mancozèbe en priorité dans leurs programmes fongicides », précise Stéphane Grégoire. La note fongicide risque d’enfler avec la réduction des dithiocarbamates.

(1) Aussi propinèbe et métirame-zinc.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Combiné à d'autres leviers, les techniques de travail du sol simplifié permettent aux producteurs de colza et de tournesol de bénéficier d'un bonus substantiel. © Orthman
Bas carbone : des efforts désormais valorisés en grandes cultures
Colza, tournesol, orge, maïs : les filières végétales se lancent sur le marché du carbone pour générer de la valeur ajoutée. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures