Aller au contenu principal

Blé tendre/Agriculture biologique : un choix portant sur une trentaine de variétés

Entre variétés spécifiques pour la bio et variétés conventionnelles bien adaptées à ce mode de culture, le choix est assez large en France.

La résistance à la rouille brune et à la rouille jaune fait partie des caractères importants à retenir pour choisir des variétés de blé destinées à l'agriculture  © C. Gloria
La résistance à la rouille brune et à la rouille jaune fait partie des caractères importants à retenir pour choisir des variétés de blé destinées à l'agriculture
© C. Gloria

Arvalis et l’Itab présentent les identités des variétés de blé disponibles en France pour l’agriculture biologique au travers de tableaux comparatifs de résultats d'essais (Arvalis) ou de fiches par variété (Itab). Dans le tableau diffusé par Arvalis, une trentaine de ces inscriptions sont classées sur divers caractères : rendement/protéines, pouvoir couvrant, résistances aux rouilles… La liste compte une dizaine de variétés panifiables reconnues par l’Association nationale de la meunerie française et offrant un bon compromis entre rendement et protéines. Parmi elles, la variété Renan reste une référence pour son pouvoir couvrant au stade épiaison. Mais des variétés comme Apexus ou Énergo s’en rapprochent. En tolérance à la rouille jaune, Alessio est la plus performante. D’autres variétés présentent un bon niveau de tolérance comme Lennox, qui montre en plus une résistance élevée à la rouille brune.

Des variétés conventionnelles sont utilisées en agriculture biologique, parfois sur des surfaces importantes et en particulier pendant la phase de conversion. LG Absalon, Chevignon, Rubisko par exemple, présentent de hauts rendements mais un profil en protéines bas en conditions d’agriculture bio. A contrario, des blés de force (Izalco CS, Tengri, Togano) assurent de bonnes teneurs en protéines mais avec un déficit de rendement.

Les plus lus

betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
[vidéo] Pyrale du maïs : un quad customisé pour épandre les trichogrammes
Un quad avec épandeur de trichogramme intégré : cette innovation testée par Bioline et la coopérative Oxyane permet de simplifier…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
discussion trilogue
PAC : les négociations entre eurodéputés et ministres achoppent sur les mesures environnementales
Au bout de trois jours de trilogue, les négociations entre la Commission européenne, le Parlement européen et les ministres se…
Michel et Nicolas Dostes, agriculteurs à Astaffort (47)  -   "Avec des colzas développés suffisamment tôt grâce au semis direct et précoce, aucun insecticide n'a été employé l'automne dernier." © Gaec Dostes
Colza : « Ma stratégie permet d’économiser 50 à 70 euros/hectare d’insecticides »
A Astaffort dans le Lot-et-Garonne, Nicolas Dostes est passé au semis direct et à une implantation précoce du colza. La pression…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures